Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Dijon : même épargnées par la grève, les urgences de l'hôpital dans l'attente de moyens

-
Par , France Bleu Bourgogne

Plus de 260 services des urgences sont en grève en France. Manque de moyens, d'effectifs, de reconnaissance, les personnels attendent beaucoup des récentes annonces de la ministre de la Santé. À Dijon, si la grève n'est pas suivie, les attentes sont les mêmes pour améliorer le quotidien du service.

Le services des urgences au CHU de Dijon
Le services des urgences au CHU de Dijon © Radio France - Stéphanie Perenon

dijon

C'est une matinée calme aux urgences de Dijon. Trois personnes sont en salle d'attente et seize ont été prises en charge indique un écran installé près de l'accueil. C'est là que les patients doivent s'enregistrer dès leur arrivée, auprès de Morgana, agent administratif. "On est là pour les rassurer, car avec l'attente ils sont souvent inquiets ou stressés". 

Accueil des urgences à Dijon au CHU. - Radio France
Accueil des urgences à Dijon au CHU. © Radio France - Stéphanie Perenon

Renforcer le poste d'infirmière d'accueil

"On dépasse rarement la demie-heure avant de voir l'infirmière d'accueil" précise Nadia Baptiste, cadre de santé aux urgences. " Et d'ajouter,"c'est elle qui détermine le degré d'urgence et en principe une personne qui est en classe ou tri 1 est installée immédiatement. On fait tout pour le faire le plus rapidement possible."

De face Nadia Baptiste, cadre de santé aux urgences, de dos, Charlotte, infirmière d'accueil depuis 8 ans dans le service. - Radio France
De face Nadia Baptiste, cadre de santé aux urgences, de dos, Charlotte, infirmière d'accueil depuis 8 ans dans le service. © Radio France - Stéphanie Perenon

"Plus il y a de monde, plus il y a d'attente, plus il y a d'attente et plus on doit être pointilleux dans la priorisation, c'est un stress pour nous aussi" Charlotte, infirmière d'accueil aux urgences

Un poste clé mais très solitaire regrette Charlotte, "je suis seule pour accueillir, pour faire les soins de nursing et parfois le week-end pour brancarder. On est  vraiment multitâches et c'est pas toujours simple". 

C'est d'ailleurs l'une des demandes du service de renforcer ce poste. Un service qui tente aussi de s'adapter aux violences que peut subir le service. "Pour faire face à ces situations, on a recruté deux agents en service civique" explique Agnès Geantot. Pour la cadre supérieure du Pôle Anesthésie-Réanimation-Urgences, "ils sont chargés d'accueillir les patients et d'accompagner les familles, ils sont là pour les rassurer. On s'est rendu compte que leur présence est apaisante".

Des patients plutôt compréhensifs sur l'attente aux urgences

Christine est venue pour son aînée, suite à une crise d'asthme sévère mais ce n'est pas la première fois pour cette maman de quatre filles. "On est venues souvent et on a toujours été bien pris en charge", même si elle reconnait que c'est parfois long, _"on sait quand on arrive mais jamais quand on repart mais on s_e sent rassurée quand on est ici"

Christine est venue pour sa file aînée victime d'une grave crise d'asthme, et patiente avec l'une de ses autres filles en salle d'attente.  - Radio France
Christine est venue pour sa file aînée victime d'une grave crise d'asthme, et patiente avec l'une de ses autres filles en salle d'attente. © Radio France - Stéphanie perenon

A quelques sièges de là, ce septuagénaire cardiaque au plus haut degré, met lui aussi en avant le professionnalisme des équipes et leur disponibilité, "j'avais l'habitude d'aller dans d'autres cliniques mais je reviendrai à l'hôpital". Beaucoup s'estiment heureux ce jour là de n'avoir pas trop attendu, pour Mickael, "ça devrait toujours être comme ça, s'il y avait plus d'effectifs ce serait sans doute le cas". 

Chaque jour, le service des urgences peut compter sur une vingtaine de personnels, présents de jour comme de nuit, pour assurer les 120 à 140 passages par jour aux urgences.

→ Retrouvez le + INFO sur les ondes de France Bleu Bourgogne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu