Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : neuf départements en vigilance rouge, 53 en orange

Une complémentaire santé accessible à ceux qui ne peuvent pas s'en payer une, dans l'agglomération de Béziers

-
Par , France Bleu Hérault

Robert Ménard propose d'étendre à toute l'agglomération de Béziers-Méditerranée, la mutuelle municipale mise en place en 2014. 4.600 adhérents à ce jour. Reste à convaincre les élus récalcitrants, car aucune consultation n'a été lancée. Robert Ménard ayant décidé de conserver le même prestataire.

La Mutuelle Communale à Béziers
La Mutuelle Communale à Béziers - .

Plus de 2.600 communes en France proposent aujourd'hui des mutuelles municipales aux habitants. Béziers a été la première ville dans l'Hérault en septembre 2014 à soumettre ce service. Robert Ménard, à peine élu maire, avait aussitôt respecté une promesse de campagne électorale s'inspirant de l'initiative de la commune de Caumont-sur-Durance dans le Vaucluse. 

Ce dispositif permet selon certains critères financiers de bénéficier d'une couverture santé complémentaire à des prix défiant toute concurrence (des cotisations pouvant être 60 % moins élevées pour le même niveau de couverture que des mutuelles classiques).

4.634 Biterrois ont adhéré à cette mutuelle, soit 6 % de la population. Ce qui fait de Béziers, l'une des villes (de taille identique) ayant le plus grand nombre d’adhérents en France. Ces derniers ont un profil plutôt âgé. 55 % d'entre eux ont plus de 60 ans d’après les chiffres fournis par "La Mutuelle Communale".

Robert Ménard, récemment élu président de l'agglomération de Béziers, propose désormais cette prestation à tous les Biterrois. Cette formule ne coûte pas un centime aux communes martèle l'élu.

"C'est une question de santé publique notamment pour les personnes âgées."

''La santé est une obsession de tous. On l'a vu ces derniers mois. Une mutuelle est indispensable. C'est un minimum de solidarité entre nous. Mon boulot est de faire en sorte que les gens pauvres ne soient pas plus pénalisés parce qu'ils sont pauvres''

Ce dispositif ne coûte rien à une ville

Encore faut-il convaincre les réfractaires. Sur les 17 maires, seuls les plus proches (8) ont donné un accord de principe. Cette proposition n'est pourtant pas une compétence de l'agglomération de Béziers. Les élus sont en mesure de refuser. Dans ce cas, les habitants des communes concernées seront alors exclus du principe à moins que leur maire entame des démarches individuelles sans tenir compte des prestations proposées par l'agglomération Béziers Méditerranée.

''Je n'imagine pas un instant qu''un maire refuse, ou alors il faut être sectaire, abruti, ou insensible au sort de ses concitoyens''

De plus en plus de communes dans l'Hérault franchissent le pas

Difficile d'avoir un chiffre très exhaustif, mais, de plus en plus de communes, petites ou grandes ont décidé de proposer ce service. Il en sera de même prochainement à Montpellier. C'était un engagement de campagne électoral de Michaël Delafosse. Le calendrier n'est pas encore arrêté.

Dans le Biterrois d'autres communes se sont inspirées de cette démarche. C'est le cas de Puisserguier. C'était en 2019. Un bilan très positif assure le maire Jean-Noël Badenas. 

"Si c'était à refaire, je n'hésiterai pas un instant."

Jean-Noël Badenas, le maire de Puisserguier, conseille aux élus de se lancer. ''C'est important pour les personnes fragiles''

À ce jour une trentaine de personnes ont adhéré à cette mutuelle communale. Elle a été retenue après consultation et la mise en concurrence de plusieurs prestataires afin de proposer le meilleur rapport qualité prix aux concitoyens.

"Des consultations pour éviter tout conflit d'intérêts."

En 2014, c'était aussi un engagement électoral de Gilles d'Ettore. Aussitôt dit, aussitôt fait. Un an après son élection, une mutuelle est proposée à tous les Agathois après de longues procédures. Ne s'agissant pas d'un marché public la ville décide de lancer une consultation. Pas question pour la commune de privilégier une mutuelle plutôt qu'une autre précise le responsable du CCAS.

À Béziers, la mise en place de cette mutuelle a été contestée en 2014. Jean-Michel du Plaa, ancien conseiller municipal socialiste d'opposition, et ancien conseiller d'agglomération dénonce le manque de transparence.

"Il n'y a pas eu de consultation à Béziers"

Ce que dément Robert Ménard. "Nous avons lancé, à l'époque, une consultation et retenue la Mutuelle Communale (association d'adhérents). Les tarifs étaient les plus bas du marché. Et comme ils le sont encore aujourd'hui, nous leur avons proposé d'élargir la zone à toute l'agglomération".

Cinq formules sont proposées par cette mutuelle. Les prix varient en fonction des prestations choisies, et de l'âge des adhérents. 

Raphaël Huré, administrateur, et responsable Sud-Est de la Mutuelle Communale

De plus, à compter du 1er septembre, de nouveaux services viendront enrichir cette offre :

  • un nouveau contrat obsèques en partenariat avec le Pech Bleu ;
  • une nouvelle plate-forme téléphonique d’écoute et d’accompagnement ;
  • un nouveau service de téléphonie intégrant une conciergerie 24h/24 et 7j/7 pour lutter contre l’isolement des plus de 55 ans.

Ces nouveaux services s’ajouteront donc aux services déjà existants :

  • fonds de solidarité pour venir en aide aux plus fragiles ;
  • sept formules de garanties selon la situation de l’adhérent ;
  • participation financière de 40 euros par an pour la pratique d’une activité sportive ou 80 euros pour la pratique d’une activité handisport ;
  • participation financière de 40 euros par an pour l’adhésion à une association culturelle communale pour les plus de 55 ans.
Choix de la station

À venir dansDanssecondess