Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une nouvelle prise en charge pour la pose d'une prothèse de hanche ou de genou à la Polyclinique Grand Sud à Nîmes

lundi 2 juillet 2018 à 19:46 Par Sylvie Duchesne, France Bleu Gard Lozère

Depuis un an, 20 patients ont été opérés en ambulatoire pour une prothèse de la hanche ou du genou. Rentrés à la Polyclinique Grand Sud le matin, ils en sont ressortis le soir, en marchant avec des béquilles. Tous ont bénéficié du protocole R.A.A.C comme Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie.

Une partie de l'équipe médicale et deux des patients ayant bénéficié du protocole R.A.A.C
Une partie de l'équipe médicale et deux des patients ayant bénéficié du protocole R.A.A.C © Radio France - Sylvie Duchesne

Nîmes, France

Plusieurs études l'ont montré : plus le patient est informé avant une opération, moins le stress chirurgical sera important.

Forts de ce constat, les médecins et le personnel soignant de la  Polyclinique Grand Sud à Nîmes ont décidé de reconsidérer leurs pratiques pour mettre en place un protocole de Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie (R.A.A.C) pour des patients qui avaient besoin d'une prothèse de la hanche ou du genou.

20 volontaires en ont bénéficié depuis un an.  Comme Marie Christine Cottalorda, opérée d'une prothèse totale du genou. 

Rentrée le matin, sortie le soir 

"Je suis rentrée à 7h, à midi j'étais dans la chambre, à 14h, le kiné m'a fait marcher dans le couloir avec deux béquilles et une attelle, j'ai aussi monté un étage. A 17h, j'étais rentrée chez moi. Au bout d'un mois, j'ai repris ma vie normale" 

Marie Christine Cottalorda a été la première patiente à bénéficier du protocole R.A.A.C

Ce protocole offre plusieurs avantages pour le patient. Il peut rentrer chez lui le soir même, il a moins de risque de contracter une infection, il retrouve plus vite son autonomie. 

Moins de stress pour le patient 

La réussite de ce protocole tient aussi à l'information des patients.  Ils sont pris en charge très en amont. Une infirmière leur explique dans le détail ce qui les attend. Elle s'assure aussi que l'endroit où ils habitent est adapté et qu'ils sont bien entourés. 

Un suivi est assuré téléphoniquement par l'équipe médicale lorsqu'ils sont rentrés chez eux.   

" Ça devient une prise en charge personnalisée, ce qui fait que si jamais ils ont un souci de retour à la maison, ils m'appellent et selon la gravité, j'alerte le chirurgien. "

Christine Lignon, infirmière responsable des services de chirurgie

Sur les 9 chirurgiens prothésistes qui travaillent à la PGS, 3 ont déjà choisi d'opérer en ambulatoire.