Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une nouvelle unité de cancérologie au CHU de Dijon

lundi 6 mars 2017 à 4:00 Par Faustine Mauerhan, France Bleu Bourgogne

Le CHU de Dijon inaugure sa toute nouvelle unité médicale ambulatoire de cancérologie ce lundi soir. Les patients soignés pour des cancer au CHU y trouvent désormais tout dans un lieu unique.

Dans la nouvelle unité médicale ambulatoire de cancérologie du CHU, pas de salle de fauteuils mais des petites chambres.
Dans la nouvelle unité médicale ambulatoire de cancérologie du CHU, pas de salle de fauteuils mais des petites chambres. © Maxppp -

Dijon, France

C'est une toute nouvelle unité qui a ouvert début janvier et qui sera inaugurée ce lundi soir, au CHU de Dijon. L'unité médicale ambulatoire de cancérologie (UMAC) a pris possession d'un étage entier, à l'entrée 7 de l'hôpital, juste à côté du parking, derrière le centre Leclerc. Un lieu unique, dédié au cancer, où le patient fait sa séance, voit son médecin, peut croiser un nutritionniste, une aide sociale, des infirmières spécialisées et grignoter à la cafétéria.

Un lieu unique et du coup plus efficace

C'est là depuis janvier, que les malades de cancer de la peau, du colon notamment soignés au CHU viennent faire leurs séances de chimiothérapie. Les cancers du poumon n'y sont pas encore traités parce que les protocoles sont trop différents. Mais désormais, les malades ne font plus leur chimio dans les services spécialisés, explique Sophie Dalac, la médecin responsable de l'UMAC : "Un patient atteint d'un cancer colorectal était soigné dans le service de gastro-entérologie au milieu d'autres pathologies, les cancers de la peau dans le service dermatologie, etc. Et donc il y avait un petit retard à mon avis dans la pose des traitements et une moins bonne fluidité dans la prise en charge." C'est donc le médecin qui se déplace, et plus l'inverse.

L'UMAC est à l'entrée 7 du CHU de Dijon. - Radio France
L'UMAC est à l'entrée 7 du CHU de Dijon. © Radio France - Faustine Mauerhan

Les soins de supports et les effets secondaires traités sur place

Une meilleure fluidité parce que tous les professionnels de santé susceptibles d'intervenir auprès d'un patient atteint d'un cancer travaillent désormais dans ce lieu unique. "Le patient peut désormais avoir, dans le même lieu, continue Sophie Dalac, le psychologue, l'assistante sociale ou la nutritionniste qui, eux, ne s'amuseront plus à courir à travers tout l'hôpital pour voir les malades." Le patient donc, n'attendra plus de longues minutes pour avoir l'avis d'un spécialiste sur tel ou tel effet secondaire. Dans une journée de chimiothérapie déjà lourde, ça paraît un détail, mais ça change la vie des patients.

Priorité au confort

Ce qui change la vie de Michel aussi, c'est le confort. Ce parisien installé à Saulieu, est soigné depuis deux ans et demi pour un cancer des voies biliaires. Entre la chimio d'avant, dans le service de gastro-entérologie et la chimio d'aujourd'hui à l'UMAC, il n'y a pas photo : "C'est beaucoup mieux qu'avant. Je trouve ça mieux parce que c'est plus intime ici. On n'est pas 6 dans les salles, mais seulement deux ou trois. Et puis il y a la cafétéria aussi où on peut amener sa gamelle au lieu d'attendre le plateau de l'hôpital dans les fauteuils." Effectivement, pas de grandes salles de fauteuils où les machines bipent en permanence pour le changement des poches de chimio. A l'UMAC, qui peut accueillir jusqu'à 100 patients par jour, on ne trouve que des petits salles de 2 ou 3 fauteuils maximum.

La wifi sera bientôt à disposition aussi. Et déjà un grand salon est ouvert pour ceux qui n'ont pas envie de rester dans les salles de lits tristounettes ou au fauteuil.

C'est un lieu unique où les patients trouvent leurs médecins, une psychologue, une nutritionniste, des infirmières spécialisées. - Radio France
C'est un lieu unique où les patients trouvent leurs médecins, une psychologue, une nutritionniste, des infirmières spécialisées. © Radio France - Faustine Mauerhan