Santé – Sciences

Une première en France pour le Centre de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc de Dijon

Par Thomas Nougaillon, France Bleu Bourgogne jeudi 14 septembre 2017 à 18:03

Derrière la vitre le tout nouveau TEP-Scan numérique du Centre Georges-François-Leclerc de Dijon. C'est la première machine de ce type installée en France.
Derrière la vitre le tout nouveau TEP-Scan numérique du Centre Georges-François-Leclerc de Dijon. C'est la première machine de ce type installée en France. - DR

Le CGFL de Dijon vient de se doter du tout premier "TEP-Scan numérique de France. Une machine ultra moderne cofinancée avec le CHU Dijon-Bourgogne. Depuis fin août elle permet aux médecins de donner de meilleurs diagnostics tout en divisant par deux le temps d'examen pour les patients.

Ce nouvel équipement de radiologie a l'aspect d'une IRM ou d'un scanner et permet d'obtenir des images plus précises du fonctionnement du corps humain qu'avec les TEP-scan analogique. Avant examen, le patient se voit injecter en intraveineux un "traceur", produit faiblement radioactif, qui permet de repérer les lésions tumorales. L'acquisition de ce TEP-scan numérique a nécessité un investissement global de 4 millions et demi d'euros co-financés par le CHU Dijon-Bourgogne et le CGFL. Les deux établissements -qui collaborent depuis des années dans le domaine de l'imagerie fonctionnelle- utilisent depuis fin août cette machine en cancérologie, bien sûr, mais aussi en cardiologie et en neurologie.

L'équipe du CGFL présente le nouveau TEP-Scan numérique à la presse ce jeudi 14 septembre 2017 - Radio France
L'équipe du CGFL présente le nouveau TEP-Scan numérique à la presse ce jeudi 14 septembre 2017 © Radio France - Thomas Nougaillon

Le professeur Alexandre Cochet, du service de médecine nucléaire du CGFL assure que cette nouvelle technologie "permet de mieux caractériser les tumeurs, de mieux comprendre ce qui se passe dans une tumeur et de mieux identifier les cibles pour de nouveaux traitements, on va pouvoir choisir plus facilement le bon traitement, pour la bonne tumeur, pour le bon patient, au bon moment". Cela ne remplace pas du tout le scanner et l'IRM "ce sont des techniques d'imagerie qui sont totalement complémentaires" précise le praticien. Le professeur Cochet qui poursuit: "la qualité de détection et la qualité de réalisation des images est bien meilleure, on multiplie par deux -par rapport aux anciennes générations de machines- la qualité de détection de l'information".

Une manipulatrice radio du Centre Georges-François-Leclerc de Dijon et le nouveau TEP-Scan numérique  - Radio France
Une manipulatrice radio du Centre Georges-François-Leclerc de Dijon et le nouveau TEP-Scan numérique © Radio France - Thomas Nougaillon

4 600: c'est le nombre d'examens TEP-scan qui ont été réalisés en 2016 au CGFL (avec l'ancienne génération de machines). Pour les patients le Tep-scan numérique va permettre de diviser par deux leur durée qui était jusqu'à présent de 20-25 minutes. Les deux prochains TEP-scan numériques doivent être installés au CHU d'Amiens et de Nevers début octobre. Au niveau Européen 25 de ces machines, développées par General Electric Healthcare, sont déjà implantées. Le Centre Georges-François Leclerc de Dijon créé en 1967 est le seul établissement de santé exclusivement dédié à la cancérologie en Bourgogne-Franche-Comté. 21 000 patients y sont soignés chaque année.

Le TEP-scan numérique permet d'obtenir de meilleure images qu'avec les anciennes générations de machines - Aucun(e)
Le TEP-scan numérique permet d'obtenir de meilleure images qu'avec les anciennes générations de machines - DR

*TEP-Scan ou TEP-Scanner: c'est la "Tomographie par Émission de Positons" c'est une méthode qui permet de mesurer en trois dimensions une activité métabolique ou moléculaire d'un organe