Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une première pour le CHRU de Nancy, une opération révolutionnaire de l'aorte

Après Paris et Lille, le CHRU, Centre Hospitalier Régional Universitaire de Nancy, a réalisé cet été une opération d'un nouveau type sur un homme de 71 ans : le remplacement d'une partie de l'aorte, sans ouvrir le thorax du patient, grâce à de petites incisions.

Le CHRU de Nancy est le 3ème hôpital en France à réaliser l'opération "à la pointe de l'innovation"
Le CHRU de Nancy est le 3ème hôpital en France à réaliser l'opération "à la pointe de l'innovation" © Radio France - Isabelle Baudriller

Nancy, France

"Nous ne sommes qu'au début", confie le professeur Sergueï Malikov, chef du service de chirurgie vasculaire du CHRU de Nancy," dans le futur, une bonne partie de nos patients pourront être traités par cette technique". "Cette technique" , nouvelle et révolutionnaire, l'équipe de spécialistes nancéiens est la troisième en France à la réaliser, après Paris et Lille. Sergueï Malikov et ses collaborateurs travaillent sur cette opération depuis trois ans. 

Une opération jusque-là à risque 

Le vendredi 12 juillet à Nancy, un patient âgé de 71 ans, a été opéré d'une partie de l'aorte, la plus grosse artère de notre organisme, par laquelle le sang oxygéné irrigue tout notre corps. L'équipe chirurgicale n'a pas ouvert le thorax du patient, mais a pratiqué de petites incisions "à la racine des bras et jambes". L'intervention dure entre trois et six heures. Jusque-là, elle n'était pas sans risque. Selon le CHRU, cette solution aujourd'hui "offre une option thérapeutique moins agressive pour soigner les patients à haut risque".

Le CHRU précise que le patient a été "réveillé le jour même de l'opération et qu'il n'a eu que quelques jours d'hospitalisation". Selon l'hôpital de Nancy, de nouveaux patients vont pouvoir bénéficier de ce type d'intervention, "désormais l'équipe du Professeur Malikov maîtrise cette technique".