Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les "pisseurs de glyphosate" terrifortains vont porter plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui"

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

41 habitants du Territoire de Belfort ont participé à une campagne d'analyse du taux de glyphosate présent dans leurs urines. Les résultats sont tous supérieurs au taux maximum autorisé pour l'eau potable. 37 d'entre eux ont décidé de porter plainte.

37 "pisseurs de glyphosate" terrifortains vont porter plainte.
37 "pisseurs de glyphosate" terrifortains vont porter plainte. © Radio France - Lila Lefebvre

Territoire de Belfort, France

Leurs taux de glyphosate dans les urines vont de 0,114 mg/ml à 1,34 mg/ml. 41 Terrifortains ont participé cet automne à une campagne de détection de ce pesticide dans les urines organisée par France Nature Environnement. Tous les "cobayes" présentent des taux au dessus de la limite fixée pour l'eau potable qui est de 0,2 mg/ml. 37 d'entre eux ont décidé de porter plainte. 

Marie-Laure Meuley est naturopathe, elle consomme naturel et bio à presque 100% et pourtant son taux est de 0,4 nanogrammes par millilitres d'urine. "Manger bio, ça ne suffit pas, il y a d'autres critèes qui entrent en compte mais on se demande bien lesquels". 

Aujourd'hui, aucune étude sérieuse n'estime la dangerosité du glyphosate pour l'homme. Le taux maximal (0,1 ng/ml) de ce pesticide dans l'eau potable sert de jalon à défaut d'un taux critique chez l'homme. Cette campagne d'analyse est pour les "pisseurs" un moyen de faire réagir.

Les "pisseurs de glyphosate" vont porter plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" ou encore "tromperie", contre Monsanto mais aussi les autorités européennes. Ils attendent le procès verbal réalisé par un huissier de justice, le dépôt de plainte est prévu d'ici janvier. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu