Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Covid-19 : une semaine à l'hôpital de Valenciennes

COVID-19 : des dépistages proposés aux SDF lors des maraudes de l'équipe mobile Rimbaud

-
Par , France Bleu Nord

Pour n'oublier personne dans cette crise sanitaire, l'équipe mobile Rimbaud de l'hôpital de Valenciennes propose depuis septembre lors de ses maraudes 3 fois par semaine des dépistages aux SDF dans la rue ou dans les centres d'accueil de jour.

Emmanuel testé au centre d'hébergement d'urgence de la Croix Rouge à Valenciennes
Emmanuel testé au centre d'hébergement d'urgence de la Croix Rouge à Valenciennes © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

A la tombée de la nuit, les infirmiers vont à la rencontre de 4 jeunes qui "vivent" dans une voiture au fond du parking de la gare de Saint-Amand les Eaux. 

Malgré cette promiscuité, la covid n'inquiète pas franchement Quentin 26 ans, 

On pense plutôt à comment va se dérouler demain, notre priorité pour l'instant c'est vraiment de trouver une situation. Après c'est sûr qui si l'un de nous le chope, on le chopera tous les 4, mais on essaie de faire attention, quand on sort on met des masques, quand on rentre dans des établissements, il y a toujours le gel hydroalcoolique

Maraude de l'équipe mobile Rimbaud à Saint-Amand les Eaux
Maraude de l'équipe mobile Rimbaud à Saint-Amand les Eaux © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Mais Yannis, 22 ans, masque sur le visage se dit prêt à se faire dépister si besoin

Si j'ai pas les symptômes je vais pas me permettre d'y aller, ils ont déjà assez de travail comme ça. Mais si un jour j'ai les symptômes, la première chose que je ferai c'est d'aller à l'hôpital, c'est mon devoir en fait, en tant qu'humain on est censé se protéger les uns et les autres

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Des distributions de masque et de l'écoute

Pour cette fois pas de dépistage proposé, mais au moins une écoute dans cette période compliquée où de nombreuses structures ont fermé ou limité leur accueil

C'est encore de l'isolement dans l'isolement, c'est pas facile, donc on essaie d'être toujours là pour eux, coûte que coûte avec le protocole adapté, le côté psychologique est très important, Stéphanie Dordain  infirmière

Et puis c'est aussi l'occasion de leur donner des masques, en plus de leur panier repas, très important pour l'infirmière, car pour eux, "la santé n'est pas une priorité, et donc acheter des masques encore moins".

Des dépistages dans les locaux de l'équipe ou directement dans les centres d'accueil

Typhaine Grosso, infirmière à l'équipe mobile Rimbaud
Typhaine Grosso, infirmière à l'équipe mobile Rimbaud © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

L'équipe peut réaliser elle même les dépistages dans ses locaux ou dans les accueils de jour ou encore dans les centres d'hébergement d'urgence comme à la croix rouge de Valenciennes où ils sont une dizaine à se faire tester après des cas positifs dans l'équipe.

Des dépistages très importants pour cette population selon Typhaine Grosso, infirmière  

Des personnes qui sont à la rue avec une santé plus fragile, qui présentent parfois des antécédents de maladies chroniques aussi, qui sont pas traitées ou mal traitées, des personnes qui souffrent aussi d'addictions, donc c'est sûr que ce sont des personnes à risques

Pour Julien, ces tests à "domicile" sont vraiment une bonne solution, l'effet de groupe permet de convaincre ceux qui ne voulaient pas forcément se faire tester.

Emmanuel  est soulagé d'être "intégré" dans le protocole Covid  

C'est important qu'on pense aussi à nous, on est comme tout le monde, faut qu'on se fasse dépister, on a peur de l'avoir autant le pauvre que le riche

Les personnes positives qui ne présentent pas de complications peuvent faire leur quarantaine en toute sécurité dans 4 chambres dédiées.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess