Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Covid-19 : une semaine à l'hôpital de Valenciennes

Covid-19 : le service de réanimation de l’hôpital de Valenciennes encore en tension

-
Par , France Bleu Nord

Malgré la baisse des hospitalisations depuis plus d'une semaine à Valenciennes, le service de réanimation est encore sous tension, avec 23 lits encore occupés. Une situation qui pourrait durer encore 4 à 6 semaines selon le chef de service.

Service de réanimation hôpital de Valenciennes
Service de réanimation hôpital de Valenciennes © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Ce jeudi seuls 2 lits sont encore disponibles dans le service qui a pourtant doublé sa capacité pour faire face à la seconde vague. Une tension qui s'explique par l'arrivée des patients 10 à 15 jours après les premiers symptômes et leur durée de séjour en réa, en moyenne 15 à 20 jours. Résultat, une situation qui risque d'être compliquée encore 4 à 6 semaines selon le chef de service le Dr Lambiotte.

Pour faire face, l'hôpital a même du transférer 6 patients dans un état stable à Amiens, en Allemagne, et la semaine dernière à Paris

Elodie Delcroix infirmière appelée en renfort a du mal à voir le bout de cette 2° vague

Ca commence à être fatigant, on fait des sorties, mais il y  a autant de patients qui arrivent derrière, et on a l'impression que ça va jamais s'arrêter

Le reportage de Rafaela Biry-Vicente

Dans la chambre 115, Thierry, 63 ans, l'habitant de l'Avesnois déjà atteint d'un cancer a contracté en plus le virus  

C'est impressionnant, ça fait peur, je ne savais plus respirer, quand je respirais c'était les bronches qui se fatiguaient, des râlements... des choses qui sont très infectes dans la vie, on peut pas vivre comme ça 

Thierry qui tient à passer un petit message à ceux qui parlent de complot, ou ne respectent pas le confinement ou les gestes barrières 

Je n'admets pas ! c'est incorrect ce qu'ils font, ils ont même pas le respect d'eux mêmes, ils se fichent de tout donc il faut stopper tout ça ! faire très attention

Des patients de tous les âges, le plus jeune n'avait que 16 ans

Si Thierry est considéré comme une personne à risques, le service reçoit tous les profils  rappelle le Dr Lambiotte, le plus jeune n'avait que 16 ans, et il n'avait pas d'antécédents.

Plus de 170 infirmiers et aide soignants de tous les services ont été formés pendant la première vague mais aussi tout cet été en prévision de la 2° , pour prendre en charge des patients en état critique en réanimation et dans les autres unités Covid.

En réa, la prise en charge s'est améliorée depuis mars avec l'évolution des connaissances sur la maladie assure Stéphane Charlet. Selon le jeune infirmier de 24 ans les patients sont beaucoup moins intubés que lors de la première vague, 

ce qui augmente leur chance de survie, et ce qui permet de les faire sortir plus vite.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess