Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une seule maternité dans le département, les pompiers du Lot à la rescousse

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

C'est un phénomène grandissant ces dernières années : les pompiers du Lot sont régulièrement appelés pour des accouchements inopinés. À la maison, dans la voiture ou dans l'ambulance faute d'avoir pu rallier la maternité. Le Lot est l'un des sept départements à n'avoir qu'une seule maternité.

Les pompiers du Lot encore sollicités pour un accouchement inopiné, ici en juin dernier pour une naissance express à Girac.
Les pompiers du Lot encore sollicités pour un accouchement inopiné, ici en juin dernier pour une naissance express à Girac. - Pompiers du Lot

Dimanche dernier, une petite fille a vu le jour au péage de Gignac (Lot) sur l'A20. Ses parents, des habitants des environs de Souillac, n'ont pas eu le temps d'aller jusqu'à la maternité de Brive où l'enfant aurait dû naître. Et les pompiers lotois ont une nouvelle fois été appelés à la rescousse pour une naissance inopinée, sous leur surveillance. Les soldats du feu se transforment maïeuticiens malgré eux. Depuis la fermeture de la maternité de Figeac en 2009, il a fallu s'adapter car les bébés n'attentent pas.

Jusqu'à une heure de route pour accoucher

Comme Jasper, le fils d'Anne-Sophie. En avril 2020, cette habitante de Faycelles au sud de Figeac donne naissance à son fils, à la maison. Mais ça n'était pas prévu comme ça. Elle aurait dû accoucher à la maternité de Villefranche-de-Rouergue, où de nombreuses Lotoises se rendent quand il ne s'agit pas, selon leur lieu d'habitation de Brive, Aurillac ou bien sûr Cahors. Anne-Sophie n'a pas pu parcourir les 30 kilomètres qui séparent sa maison de l'hôpital, 35 minutes de route qu'elle n'avait pas devant elle. Jasper est né dans le salon, en mode express. 

Et les pompiers du Lot sont arrivés 20 minutes plus tard. "Ça a été une grande angoisse pendant toute ma grossesse cette route entre chez moi et la maternité. Si c'était à refaire, je choisirais dès le départ d'accoucher à la maison", raconte la jeune maman, épaulée par une doula, quelqu’un qui propose un accompagnement non médical de la grossesse et de l'accouchement. Sur son groupe Whatsapp des mamans allaitantes du Lot et de l'Aveyron, elles sont deux à avoir accouché dans ce genre de conditions ces derniers mois. Sa camarade aveyronnaise a quant à elle donné naissance au bord de la route. Anne-Sophie a aussi pu compter sur le soutien à distance dans un premier temps des pompiers du Lot, que son mari avaient au bout du fil. Dans l'équipe ce jour-là, Nathalie Charbonnier l'une des trois sages-femmes pompiers volontaires du Sdis 46.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Trois sages-femmes parmi les pompiers volontaires du Lot

Le Sdis 46 a en effet dans ses rangs trois sages-femmes qui exercent en libéral, et sont pompiers volontaires. Elles prennent une astreinte téléphonique 24 heures sur 24, et peuvent se rendre sur place si il le faut. Le Sdis 46 leur a permis d'obtenir par équivalence le diplôme d'infirmière. Quand Nathalie Charbonnier est arrivée dans le Lot il y a 20 ans, il y avait six maternités. Aujourd'hui, il n'y a plus que Cahors. Et ses interventions sur ces accouchements inopinés se sont multipliés ces dernières années. Au point que la professionnelle a décidé d'intégrer ce paramètre dans la formation pré-natale qu'elle prodigue aux futurs parents. Elle parle d'accouchement express à la maison en attendant les pompiers ou dans la voiture, pendant ses cours de préparation, ne serait-ce que pour préparer les parents à cette éventualité.

C'est quelque chose qui angoisse beaucoup les parents, la distance avec la maternité. J'ai souvenir d'un papa qui venait exprès à tous les rendez-vous de sa femme, alors qu'il n'y était pas obligé, pour bien repérer la route. — Nathalie Charbonnier, sage-femme pompier volontaire

Nathalie ne se souvient pas d'un accouchement en urgence qui ait mal tourné. "Le vrai danger d'une maternité à une heure de route, c'est pour les parturientes qui ont des pathologies. Pour les grossesses normales, il n'y a pas de raison que cela se passe mal. Je ne connais pas les statistiques mais je ne crois pas que le Lot connaisse plus de drames à la naissance que d'autres départements". Le seul drame justement, dans le Lot, qui avait éveillé les consciences au niveau national, a eu lieu en octobre 2012. Une femme avait dû accoucher sans assistance sur l'autoroute en direction de Brive, son bébé n'avait pas survécu.

Nous avons mis en place une politique d'attractivité pour faire venir des médecins — André Mellinger, maire de Figeac

Le Lot fait partie, avec le Gers et la Lozère des sept départements de France à n'avoir qu'une seule maternité. Bien que le territoire du nord du Lot soit plutôt attractif et connaisse une démographie plus dynamique que le reste du département, la réouverture d'un service de maternité n'est pas du tout à l'ordre du jour dans le Grand-Figeac. 

"Nous nous sommes saisis du sujet. Nous avons mis en place une politique d'attractivité pour faire venir des médecins. Nous mettons en avant la qualité de vie dans notre département, particulièrement sur la sécurité", explique le maire de Figeac André Mellinger. Toutefois, selon lui, la réouverture de la maternité n'est pas d'actualité : "C'est une demande récurrente des habitants mais la problématique c'est la faiblesse des naissances par rapport aux quotas qui sont imposés pour l'ouverture, le seuil aujourd'hui est fixé autour de 400".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess