Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Un vaisseau chinois à la Cité de l'Espace de Toulouse, une première

-
Par , France Bleu Occitanie

Pékin a offert au site toulousain une réplique de la sonde CHANG'E-4, qui est allé explorer la face cachée de la lune début 2019. Un vrai beau cadeau, car jamais les Chinois n'avaient confié un de leurs vaisseaux à un site grand public.

La sonde chinoise CHANG'E-4, désormais installée à la Cité de l'Espace.
La sonde chinoise CHANG'E-4, désormais installée à la Cité de l'Espace. © Radio France - Mathieu Ferri

Toulouse, France

Evénement de taille ce mercredi à la Cité de l'Espace de Toulouse. Une délégation chinoise est venue offrir au site toulousain la sonde lunaire CHANG'E-4, et son rotor YUTU-2. C'est la réplique taille réelle d'un module qui a atterri sur la face cachée de la lune il y a seulement quelques mois, le 3 janvier 2019. Un exploit d'ailleurs, car aucun pays n'était allé explorer ce côté là de la planète.

Ce don à la Cité de l'Espace est aussi un événement car c'est la première fois que les Chinois confient une maquette de vaisseau spatial à un établissement grand public. "C'est un très beau cadeau", se félicite Jean-Baptiste Desbois, le directeur de la Cité de l'Espace.

"Toulouse est importante dans le domaine aéronautique et scientifique" - un dirigeant de l'agence spatiale chinoise

Les plus hautes instances spatiales chinoises ont fait le déplacement pour l'inauguration ce mercredi à Toulouse, notamment Yang Baohua, le vice président de la CASC, l'agence spatiale chinoise, qui souligne "l'importance de Toulouse dans le domaine aéronautique et scientifique". Pour Pékin, il fallait clairement exister dans le plus grand musée européen dédié au spatial, alors que les vaisseaux européens, russes et américains sont déjà présents depuis plusieurs années.

Une coopération franco-chinoise au beau fixe dans le spatial

Pour Jean-Yves le Gall, le président du CNES (Centre national d'études spatiales), cette arrivée de la sonde à Toulouse est "un moment important". Et surtout, c'est un signe de plus que les Français et les Chinois s'entendent bien dans le domaine de l'Espace, et que ça va continuer. Il met en avant notamment l'accord signé par Pékin et Paris au mois de mars dernier, qui permettra d'embarquer un chargement français de "25 kilos d'expériences scientifiques" sur la nouvelle sonde CHANG'E-6, "qui partira sur la Lune dans trois ans".

"Nous irons sur la Lune avec la Chine, et ça sera pratiquement la première fois que la France ira sur la Lune" insiste le président du CNES.

Choix de la station

France Bleu