Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une soupape de décompression pour les conjoints de personnes atteintes de maladies neurodégénératives

mardi 16 janvier 2018 à 5:30 Par Stéphanie Denevault, France Bleu Mayenne

Le Pôle Accueil Aidants Aidés, le P3A, du Centre Communal d'Action Sociale, propose depuis deux ans une prise en charge des conjoints de personnes atteintes de maladies neurodégénératives. Plusieurs fois par semaine, ce service leur propose des activités, histoire de rompre avec leur quotidien.

Des aidants participent à un cours de taï-chi à la Maison de quartier des Fourches à Laval
Des aidants participent à un cours de taï-chi à la Maison de quartier des Fourches à Laval © Radio France - Stéphanie Denevault

Laval, France

Ils participent à des cours de taï-chi, de yoga du rire ou encore vont à la piscine. Des maris et des femmes de malades d'Alzheimer, de sclérose en plaques ou encore de Parkinson. Tous parlent le même langage, puisqu'ils vivent la même chose au quotidien. Leurs journées sont rythmées par la maladie : la toilette, les repas, les déplacements, les soins.  

Je pleurais, j'ai dû dire stop, Albert 91 ans compagnon de Bernadette diagnostiquée Alzheimer il y a trois ans

Deux jeudis par mois, dans une salle de la maison de quartier des Fourches à Laval, une dizaine d'aidants se retrouve pour un cours de taï-chi. Parmi eux, il y a Albert, 91 ans : "j'ai eu deux vies, ma femme est décédée en 1998. Quelques années après, j'ai retrouvé mon amour de jeunesse. On a vécu 14 ans ensemble. Elle s'appelle Bernadette. Un jour, elle s'est perdu en ville. On est allé voir le médecin, il a confirmé que c'était un Alzheimer." Trois ans à vivre avec la maladie, des post-it partout dans la maison, des soins quotidiens, Albert a craqué l'été dernier. Il était épuisé, pleurait, et a dit stop, il a dû se résoudre à laisser Bernadette partir dans une maison spécialisée en Vendée près de chez sa fille. 

Maurice a lui 76 ans, sa femme Odile a une dégénérescence cortico-basale, une sorte de maladie de Parkinson, diagnostiquée en 2012. Son quotidien, c'est emmener sa femme aux toilettes de jour comme de nuit, lui faire les repas, l'aider à aller dans son fauteuil, regarder la télévision. Ils ont déjà abordé ensemble la question de la mort.

"Elle m'a déjà dit qu'elle voulait mourir" Maurice 76 ans

Albert et Maurice trouvent une soupape de décompression en se rendant pendant quelques heures aux activités proposées par le P3A. Il y a bien évidemment aussi une psychologue pour écouter et des travailleurs sociaux pour aider les aidants dans les démarches administratives notamment. Pour tous renseignement sur ce dispositif, il faut contacter le CCAS de Laval. Ce P3A intervient auprès d'une centaine de personnes. 

Mayenne reportage lors d'un cours de taï-chi pour les aidants