Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : 78 départements en vigilance orange
Santé – Sciences

Une start-up caennaise développe un médicament pour résorber l'AVC hémorragique

Un produit médicamenteux pour traiter l'accident vasculaire cérébral hémorragique est en train de voir le jour à Caen. Il est développé par la start-up Op2Lysis au centre Cyceron. L'entreprise en biotechnologie recherche 20 millions d'euros pour lancer des tests cliniques.

La start-up Op2Lysis teste son médicament qui agit contre l'AVC hémorragique
La start-up Op2Lysis teste son médicament qui agit contre l'AVC hémorragique © Radio France - Jean-Baptiste Marie

Caen, France

L'accident vasculaire cérébrale hémorragique est la forme d'AVC la plus sévère. On recense 40 000 cas en France par an. La moitié des victimes meurent dans le mois qui suit, une sur quatre est victime d'un handicap lourd et devient dépendant. Aucun médicament pour traiter cette pathologie n'existe dans le monde. Enfin jusqu'à aujourd'hui. 

L'entreprise en biotechnologie Op2Lysis, installée notamment au centre Cyceron à Caen Côte de Nacre, a développé une molécule dont les propriétés permettent de résorber rapidement le caillot sanguin responsable de l'AVC hémorragique afin d'en réduire les effets néfastes sur le cerveau. Ce traitement médicamenteux, pour l'instant baptisé O2L-001, permettrait aux chirurgiens de l'injecter de façon très localisé avant de retirer quelques heures après le sang de nouveau liquéfié via un cathéter (voir animation ci-dessous).

20 millions d'euros pour passer aux tests cliniques

Co-fondée par Jérôme Parcq, docteur en neurosciences, et Christophe Gaudin, docteur en médecine, Op2Lysis cherche 20 millions d'euros pour passer à la prochaine phase concernant le développement de son médicament. Pour cela, la start-up doit procéder à différents tests respectant les normes des agences de santé avant d'entamer des essais cliniques sur des patients. Une étape onéreuse. L'objectif de l'entreprise caennaise est d'entamer les essais en 2021, avant un enregistrement accéléré du produit espéré en 2023.