Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une start-up caennaise va tester au CHU de Caen son logiciel pour repérer la douleur

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

La start-up caennaise, Samdoc, a mis au point un logiciel permettant de repérer la douleur. Ce sont les malades en réanimation qui sont ciblés. L'analyse de leurs expressions faciales doit permettre au médecin de mieux soulager le patient. L'application va être testée au CHU de Caen.

Un patient soigné au service réanimation du CHU de Caen pendant la crise du Covid-19
Un patient soigné au service réanimation du CHU de Caen pendant la crise du Covid-19 © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Et si la technologie venait aider les médecins-réanimateurs dans la prise en charge de la douleur des patients hospitalisés en réanimation ? C'est le pari que relève la start-up caennaise Samdoc. Créée en 2019 par deux étudiants en médecine, Julien Lelandais et Thomas Gourmelon, la société a mis en place le logiciel baptisé Nevva. Cette application, simple d'utilisation, doit permettre de transcrire sur une courbe l'intensité de la douleur ressentie par un malade alors qu'il ne peut s'exprimer. Un résultat visuel qui doit permettre au médecin d'adapter le traitement.

"C'est une problématique continue en service de réanimation médicale, explique Julien Lelandais l'un des co-fondateurs de Samdoc. On y est confronté à chaque fois que l'on rentre dans la chambre pour ajuster les doses du traitement. Aujourd'hui, ça se passe sur papier. Ce n'est pas satisfaisant. Alors on a imaginé un outil continu pour soulager les équipes afin qu'elles se concentrent sur des tâches à plus forte valeur ajoutée."

Un smartphone au-dessus du visage du patient

Aujourd'hui toutes les quatre à six heures, le professionnel de santé doit observer les expressions du visage du patient en réanimation ainsi que les mouvements de son corps. Selon un référentiel, il mesure ainsi le niveau de douleur ressenti par le malade. Demain c'est sur un écran d'ordinateur ou de tablette, sans entrer dans la chambre, que le médecin pourra obtenir cette information et ajuster en temps réel les médicaments administrés. C'est en tout cas l'ambition de Samdoc avec son logiciel.

Cette application s'installe sur un téléphone mobile, placé au-dessus du patient. "On est parti d'une technologie simple d'usage, détaille Julien Lelandais. C'est l'analyse des mouvements faciaux via les caméras des smartphones. On récupère donc les expressions faciales. C'est analysé par des algorithmes basés sur la littérature scientifique sur la douleur et sur notre expertise. Et ça traduit sous la forme d'une courbe. Une variation du signal douloureux facial."

Explication du fonctionnement du logiciel pour détecter la douleur
Explication du fonctionnement du logiciel pour détecter la douleur - Samdoc

Bientôt en test au CHU de Caen

Le logiciel Nevva va maintenant passer en phase de test au sein du du CHU de Caen. Samdoc espère placer sa solution au service des médecins-réanimateurs avant la mi-2021. "L'idée est de simplifier la vie du professionnel de santé, qu'il est une information essentielle sans avoir à la chercher, rappelle Aurélie Heudron, directrice des opérations au sein de la start-up caennaise. On est à l'aube d'une révolution technologique en particulier dans les services de réanimation qui ont été très sollicités et le sont encore avec la crise sanitaire liée au coronavirus." L'application pourrait aussi être utilisée dans un futur proche en réanimation néonatale, en pédiatrie...

Choix de la station

À venir dansDanssecondess