Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Retrouvez les résultats définitifs du second tour des Municipales, commune par commune

Tous les résultats
Dossier : Coronavirus Covid-19

Une start-up de Montpellier détecte le coronavirus dans les eaux usées pour suivre l'évolution de l'épidémie

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

La start-up héraultaise IAGE détecte la présence du coronavirus dans les eaux usées, cela permet de suivre l'évolution de l'épidémie. Un nouveau procédé est expérimenté sous l'égide du Syndicat mixte du bassin de Thau.

C'est l'ARN du coronavirus qui est détecté dans les eaux usées par la start-up IAGE (illustration)
C'est l'ARN du coronavirus qui est détecté dans les eaux usées par la start-up IAGE (illustration)

La start-up de Montpellier IAGE est spécialiste de l'analyse biologique environnementale. Elle expérimente un procédé, la PCR digitale plus sensible que les méthodes classiques, qui permet de détecter des résidus de coronavirus dans les eaux usées. IAGE est mandatée par le Syndicat mixte du bassin de Thau

Prenons l'exemple d'une personne qui a contracté le Covid-19. "Une fois infectée, cette personne accumule du virus qu'elle élimine en allant aux toilettes" explique Franz Durandet prèsident de IAGE. En analysant ces eaux, la start-up sait retrouver la trace de fragments de virus, en l'occurrence de l'ARN, quatre jours en moyenne avant l'apparition des premiers symptômes chez la personne malade

Un indicateur de la présence du virus dans la population

À plus grande échelle, imaginons un prélèvement réalisé, aujourd'hui par exemple, dans les eaux usées d'un secteur précis et qui servira de référence. Si dans les prochaines semaines, les analyses montrent une concentration de virus en augmentation sensible, il sera possible d'anticiper un rebond de l'épidémie pour mieux s'y préparer. Si au contraire, le niveau baisse, ce sera un très bon signe. 

Dans un cas comme dans l'autre, ce sont des informations qui pourraient se révéler extrêmement précieuses pour décider des mesures à prendre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu