Santé – Sciences

Une suspicion de cas grave de zika dans les Alpes-de-Haute-Provence

Par Lauriane Delanoë, France Bleu Provence et France Bleu mardi 10 mai 2016 à 17:35

Le moustique tigre est l'un des vecteurs du virus Zika.
Le moustique tigre est l'un des vecteurs du virus Zika. © Maxppp - .

Un homme atteint du virus zika est hospitalisé à Manosque depuis fin avril. Il souffre de complications neurologiques. C'est le vingt-cinquième cas de zika en Provence-Alpes-Côte-d'Azur depuis le 1er janvier. Les autres étaient sans gravité.

Un homme originaire des Alpes-de-Haute-Provence a été infecté par le virus Zika lors d'un voyage aux Antilles. Il est  hospitalisé à Manosque depuis fin avril et souffre de complications neurologiques. Des analyses sont en cours pour déterminer si ces complications sont dues au virus. Si c'est confirmé, ce serait le premier cas grave de zika dans la région PACA.

Il s'agit du vingt-cinquième patient atteint par zika dans notre région, selon l'Agence régionale de santé (ARS). Elle dénombre :

  • Neuf cas dans les Bouches-du-Rhône
  • Sept cas dans les Alpes-Maritimes
  • Cinq cas dans le Var
  • Trois cas dans les Alpes-de-Haute-Provence
  • Un cas dans le Vaucluse.

Le virus zika se transmet d'homme à homme par voie sexuelle ou par piqûre de moustique tigre. L'insecte pullule dans notre région l'été. Mais le docteur Samer Aboukaïs, médecin au service de veille sanitaire de l'ARS, veut rassurer : tout est fait pour éviter l'épidémie.

On a toujours su éviter une épidémie de dengue, de chikungunya et maintenant de Zika en métropole. Le dispositif de surveillance empêche la circulation virale." (Samer Aboukais, médecin à l'ARS)

Eradiquer le moustique tigre pour éviter une épidémie

Les autorités sont donc sur le qui-vive pour éviter la prolifération de l'insecte dans notre région. Depuis le 1er mai, l'ARS prévient l'Entente Interministérielle de Démoustication (EID) dès qu'elle soupçonne un nouveau cas de Zika.

Nous cherchons et tuons les moustiques tigres et les larves dans un rayon de 150mètres autour de la maison du patient et de ses lieux de résidence." (Bernard Cadiou, chef de l'agence varoise de l'EID)

Les autorités craignent un pic de contamination cet été, lorsque les touristes arriveront ou rentreront des Antilles et d'Amérique Latine. L'EID a donc rempli ses stocks de larvicides et d'insecticides. Elle compte aussi sur la vigilance de chacun.

Les larves vont éclore d'ici deux à trois semaines, avec l'arrivée des grosses chaleurs." (Bernard Cadiou, chef de l'agence varoise de l'EID)

Les bons conseils contre le moustique tigre :

  • Nettoyer vos jardins dès maintenant, avant les grosses chaleurs
  • Vider les coupelles  et soucoupes de vos pots de fleurs, pour éviter les foyers d'eau stagnante
  • Penser à changer l'eau de vos animaux tous les deux ou trois jours.