Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Une trentaine de cas de coronavirus à l'hôpital de Montélimar : "on a les moyens de les prendre en charge"

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

"Nous faisons face", assure Michel Cohen, le directeur de l'hôpital de Montélimar, dans la Drôme, alors qu'une trentaine de cas de Covid-19 sont confirmés dans l'établissement et qu'une quinzaine de patients suspects sont également pris en charge.

Prélèvement de coronavirus dans un hôpital - illustration
Prélèvement de coronavirus dans un hôpital - illustration © Maxppp - Quentin Top

Une trentaine de cas avérés de coronavirus et une quinzaine de cas suspects sont actuellement pris en charge à l'hôpital de Montélimar (Drôme), indique ce lundi 23 mars le directeur de l'établissement, Michel Cohen, invité de France Bleu Drôme Ardèche. "Certains d'entre eux sont intubés et malheureusement connaissent une aggravation rapide de leur état, mais il faut rappeler qu'il y a 98% de guérison de cette maladie".

"À ce jour, on a les moyens de les prendre en charge", assure Michel Cohen, et ce alors que "quelques soignants commencent à être victimes de cette maladie. Mais nous faisons face". Le directeur de l'hôpital explique que l'organisation globale de l'hôpital a été revue pour accueillir au mieux les malades atteints du coronavirus.

"L'organisation qui a été fixée offre 28 lits de réanimation, une cinquantaine de lits Covid en chambre individuelle, et on peut rajouter l'ensemble de la capacité hospitalière puisque tout été déprogrammé. Et si une vague nous submerge, mais on veut l'éviter, nous avons aussi réservé une zone de 400m² pour assurer des consultations ou des hébergements et on offrira cette salle avec des lits picots pour réceptionner ces patients."

Une sorte d'offre d'emploi ouverte pour ceux qui veulent aider

"Comme tous les hôpitaux, on est organisés en plusieurs 'lignes', précise Michel Cohen. Notre première ligne : c'est le personnel. La deuxième, c'est le personnel de réserve : on a la chance d'avoir un Ifsi (Institut de formation en soins infirmiers), une école d'infirmière et une école d'aide soignants. La troisième, ce sont nos personnels retraités. Et quatrièmement, on a ouvert une sorte d'offre d'emploi où les gens se signalent pour être brancardiers, couturiers ou d'autres métiers non soignants qui sont une vraie aide pour nous."

La direction de l'hôpital a également interdit les visites depuis ce lundi matin (sauf pour les services de pédiatrie, de maternité et de fin de vie). "Nous devons nous protéger et vous protéger donc on évite tous les mouvements", précise Michel Cohen.

Quant aux besoins de matériel, pour lequel l'hôpital de Montélimar avait lancé un appel à l'aide, la direction espère recevoir ce lundi une dotation. "Le ministère nous a promis un réapprovisionnement en masques et en sur-blouses donc il faut absolument qu'on en reçoive régulièrement pour calmer la maladie et l'inquiétude légitime de nos soignants", estime Michel Cohen.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu