Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Une unité pour prendre en charge les AVC va ouvrir à l'hôpital de Brive

mercredi 13 février 2019 à 5:31 Par Nicolas Blanzat, France Bleu Limousin

Alors que la loi Santé est présentée ce mercredi en conseil des ministres, avec un volet pour mieux répartir l'offre de soins dans les territoires, les AVC seront bientôt mieux pris en charge en Corrèze. Une unité neuro-vasculaire va voir le jour au sein de l'hôpital de Brive.

L'unité neuro-vasculaire de l'hôpital de Brive devrait ouvrir à l'automne 2019
L'unité neuro-vasculaire de l'hôpital de Brive devrait ouvrir à l'automne 2019 © Radio France - Nicolas Blanzat

Brive-la-Gaillarde, France

Une unité pour prendre en charge les accidents vasculaires cérébraux va voir le jour à l'hôpital de Brive. Cette unité neuro-vasculaire devrait ouvrir ses portes à l'automne 2019 et aura pour but de mieux prendre en charge les AVC mais aussi les accidents ischémiques transitoires (AIT). Car, actuellement et jusqu'à l'ouverture de cette unité, c'est l'hôpital de Limoges qui fait figure de référence en Limousin.

Une réponse "plus rapide et structurée" pour prendre en charge AVC et AIT

"Des progrès pour la prise en charge avaient été faits à l'hôpital de Brive grâce à celui de Limoges" tient à rappeler Vincent Delivet, mais là un cap va être franchi. "On va offrir à la population corrézienne, mais aussi à une partie du Lot et de la Dordogne, une réponse beaucoup plus rapide et structurée" poursuit le directeur du centre hospitalier de Brive. De quoi véritablement améliorer la prise en charge des patients victimes d'AVC et d'AIT. "Cela aura des incidences très positives parce qu'on sait, aujourd'hui, que les chiffres de morbi-mortalité sont malheureusement nettement moins bons là où il n'y a pas d'unité que là où il y en a une".

L'hôpital de Limoges traitera toujours les cas les plus complexes

Quatre lits de soins intensifs et douze post soins intensifs constitueront cette unité qui va recevoir l'aide d'un neurologue tout juste recruté. Le suivi sera aussi amélioré grâce à des partenariats avec d'autres acteurs de la santé. Mais les cas les plus sensibles devront toujours être traités à l'hôpital de Limoges "qui a son rôle de recours en terme de thrombectomie et de différentes évolutions techniques que nous ne ferons pas" précise Vincent Delivet. Cette unité va tout de même permettre à l'hôpital briviste de consolider son rôle sur le territoire d'influence.