Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 et état d'urgence sanitaire : de nouvelles mesures possibles dans les Pyrénées-Atlantiques

-
Par , France Bleu Béarn Bigorre, France Bleu Pays Basque

Le préfet Éric Spitz a expliqué ce samedi matin les conséquences du passage du pays, et donc du département, en état d'urgence sanitaire. Si la situation continue de se dégrader, il pourrait imposer des restrictions supplémentaires dès mardi ou mercredi dans les Pyrénées-Atlantiques.

Eric Spitz
Eric Spitz © Radio France - Suzanne Shojaei

Les Pyrénées-Atlantiques sont passées en "état d'urgence simple" ce samedi matin. Le préfet Éric Spitz a détaillé dans une conférence de presse les conséquences concrètes de ce changement de statut et a confié qu'il pourrait prendre, "dès mardi ou mercredi", des mesures complémentaires si la situation continue de se dégrader dans le département. 

Restrictions liées à l'état d'urgence sanitaire

Le passage en état d'urgence sanitaire simple, pour les départements comme les Pyrénées-Atlantiques qui ne sont pas concernés par le couvre-feu, implique l'interdiction des rassemblements de plus de 6 personnes sur la voie ou dans les établissements publics. Seules exceptions : les manifestations revendicatives, marchés de plein air et cérémonies funéraires. 

Tous les événements "ne permettant pas de porter le masque en permanence", les réceptions avec boissons et nourriture par exemple, devront être annulées. Le nombre de personnes circulant en même temps dans les établissements recevant du public debout (centre commerciaux, musées etc.) est désormais limité de sorte que chacun dispose de 4 m². 

Dans les cinémas, stades ou salles de spectacle, un siège libre doit être laissé entre chaque groupe de six personnes. Interdiction également d'aller au restaurant ou dans un bar en groupe de plus de six. La distance d'un mètre devra être respectée non plus entre chaque table mais entre chaque chaise. 

Des mesures complémentaires dès la semaine prochaine ?

Si la situation sanitaire dans les Pyrénées-Atlantiques continue de se dégrader, le préfet Éric Spitz imposera des restrictions supplémentaires dès mardi 20 ou mercredi 21 octobre. Il pourrait par exemple :

  • fermer les bars à 22 heures, 
  • fermer les vestiaires de sport, 
  • interdire les soirées étudiantes (Éric Spitz relève 5 clusters à l'Université de Pau et des Pays de l'Adour), 
  • abaisser la jauge de 5 000 personnes autorisées dans les grands événements, 
  • ou rendre obligatoire les cahiers de rappel dans les restaurants. 

La préfecture du 64 indique par ailleurs avoir "donné des instructions très fermes" aux forces de l'ordre pour surveiller la mise en application des mesures barrières dans les bars du département. 

Les chiffres sont mauvais

Les Pyrénées-Atlantiques font partie "des deux départements les plus touchés par le virus dans la région Nouvelle Aquitaine", s'est inquiété le préfet. Le taux d'incidence a bondi, passant de 80 pour 100 000 habitants début septembre à 155,2 pour 100 000 habitants au 17 octobre. 8,2 % des personnes testées dans le département sont positives et Éric Spitz dénombre 12 clusters en Béarn et 14 au Pays basque, dont plus de la moitié dans des établissements scolaires. 

Les services hospitaliers ne sont pour l'instant pas saturés : 57 malades du coronavirus sont actuellement hospitalisés dans le département dont 8 en réanimation.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess