Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Vacances d'été : les urgentistes de l'Yonne inquiets du manque de personnel

lundi 2 juillet 2018 à 12:18 Par Lisa Guyenne et Delphine Martin, France Bleu Auxerre

A l'approche de la vague de départs en vacances, dans l'Yonne, les urgentistes retiennent leur souffle. Le département manque de médecins tout au long de l'année, mais avec les congés d'été, les professionnels savent que les prochaines semaines seront encore plus difficiles.

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Maxppp

Auxerre, France

Ingrid Demeaux, aide-soignante aux urgences d'Auxerre, sait que cette année encore, elle et ses collègues n'auront pas une minute à eux. "On aura sûrement du travail en plus, mais pas de personnel supplémentaire. _On est pas remplacé, donc il faut faire le boulot pour deux_. On nous rappelle aussi souvent sur nos congés, parce qu'on manque de soignants !"

Les cabinets de généralistes fermés, les patients se rabattent sur les services d'urgences

Car l'été, si beaucoup de vacanciers quittent le département, il y a toujours les petits accidents, les personnes âgées qui souffrent de la chaleur... Et les patients dont le généraliste est en congés, explique Philippe Mifsud, président de SOS Médecins à Auxerre : "Toute l'année, c'est difficile. Mais l'été, c'est encore plus compliqué, parce que les généralistes n'arrivent plus à trouver de jeunes médecins qui acceptent de faire des remplacement d'été. Donc ces cabinets sont parfois complètement fermés, pendant l'été." Et les patients se rabattent sur SOS Médecins, qui se retrouve là aussi saturé. 

Tous les établissements sont à flux tendu, donc le moindre incident pourrait donner lieu à des catastrophes. - Marc Moncey, délégué CGT

En plus de cela, les établissement font face à des fermetures de lit pendant les vacances : le service cardiologie passe de 24 à 12 lits, la pédiatrie de 9 à 18, et les urgences de 11 à 4 lits seulement. Le tout donne un sentiment de fragilité aux soignants, explique Marc Moncey, délégué CGT à l'hôpital d'Auxerre. "On se souvient de la grande canicule, qui avait fait des milliers de morts : on n'en est pas là aujourd'hui, mais on n'aura pas assez de personnel dans les urgences pour répondre à une crise sanitaire à l'heure actuelle."

Un constat alarmant alors que la fréquentation des urgences augmente, doucement mais sûrement, de 2 % chaque année. En 2017, on a compté plus de 36 000 passages aux urgences pour adultes de l'hôpital auxerrois.