Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccin anti-Covid : des super-congélateurs livrés à Strasbourg et Mulhouse pour stocker les premiers vaccins

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Dernière ligne droite avant la vaccination. La campagne est désormais réalité. Elle commencera dès ce dimanche, avec le vaccin Pfizer/bioNTech. Alors en Alsace, on se prépare. Les fameux "super-congélateurs" qui permettront de stocker le vaccin à -80 degrés, ont été livrés à Strasbourg et Mulhouse.

Les professeurs Yves Hansmann (gauche) et Christophe Hommel, ce lundi 21 décembre, lors de la présentation de la stratégie vaccinale.
Les professeurs Yves Hansmann (gauche) et Christophe Hommel, ce lundi 21 décembre, lors de la présentation de la stratégie vaccinale. © Radio France - Théo Hetsch

C'est donc une espérance devenue réalité : le vaccin anti-Covid sera livré cette semaine en Alsace. La première pierre de chantier a été posée ce lundi 21 décembre : deux super-congélateurs ont été livrés à Strasbourg et Mulhouse, pour accueillir les premières doses des vaccins Pfizer/BioNTech, qui doivent être conservés à -80 degrés. Elles seront livrées d’ici la fin de semaine. Mais la date exacte est tenue secrète, pour éviter les vols...

Des tests vont avoir lieu cette semaine aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg (HUS)  pour vérifier le bon fonctionnement de ce congélateur. Il pourra ensuite accueillir jusqu’à 100 000 doses du vaccin, dès qu’elles seront livrées. Mais elles ne resteront pas longtemps : elles seront sorties dès dimanche 27 décembre pour les premières injections, et placées dans des réfrigérateurs entre 2 et 8°C pour être livrés aux Ehpad ou structures de santé.

"Il y a la logistique qui s'organise déjà depuis plusieurs semaines et puis les médecins ont commencé les consultations pré-vaccination et le recueil des consentements auprès des premiers patients et des professionnels de santé, tous volontaires", explique Bénédicte Gourieux, chef du service de pharmacie au NHC.

Une fois sorti du congélateur, ce sera le compte à rebours : les vaccins devront être inoculés dans les cinq jours aux volontaires. Les premières consultations pré-vaccinales ont débuté. Aux hôpitaux de Strasbourg par exemple, on a déjà identifié les personnels qui recevront le vaccin.

Bénédicte Gourieux, chef du service de pharmacie au NHC.
Bénédicte Gourieux, chef du service de pharmacie au NHC. © Radio France - Théo Hetsch

Le vaccin, arme contre une troisième vague ?

A noter : cette chaîne d'approvisionnement ne concerne qu'un quart environ des résidents Ehpad, ceux qui dépendent d'une structure hospitalière. Les Ehpad et les structures autonomes seront eux livrés par les plateformes dépositaires via Santé Publique France. Il y en a six sur le territoire, dont une dans le Grand Est.

Et pour les professionnels de santé, il est temps que la vaccination se mette en place. Car l’épidémie stagne, voire augmente à nouveau par endroits, et les fêtes pourraient accentuer le phénomène. Certains scientifiques appellent même à reconfiner après les fêtes

A Strasbourg, où les hospitalisations restent à un niveau élevé (131 patients Covid, dont 23 en réanimation ce lundi 21 décembre), on n’est pas loin d’être du même avis. "Les projections nous laissent penser qu'on soit à nouveau dans une phase de contagion forte, qui appelleraient de nouvelles mesures de confinement", estime le professeur Yves Hansmann, chef du service des maladies infectieuses au NHC. "On craint une troisième vague, il faut envisager cette hypothèse".
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess