Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccin anti-Covid : interrogations autour de cinq décès, Olivier Véran promet "une enquête à chaque alerte"

-
Par , , France Bleu, France Bleu Sud Lorraine

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, est en déplacement à Nancy, ce mardi 19 janvier, dans le cadre de la campagne de vaccination contre le Covid-19. Il a précisé que des enquêtes sont réalisées pour établir s'il y a un lien ou non entre la mort de cinq personnes et leur vaccination.

Olivier Véran, ministre de la Santé, avec Mathieu Klein, maire de Nancy.
Olivier Véran, ministre de la Santé, avec Mathieu Klein, maire de Nancy. © AFP - PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN

En déplacement à Nancy, ce mardi 19 janvier, le ministre de la Santé est revenu sur le début de la campagne vaccinale contre le coronavirus et les décès survenus après la première injection. Le ministère de la Santé avait indiqué un peu plus tôt à franceinfo que cinq personnes sont mortes après avoir été vaccinées. Trois décès ont été enregistrés par le centre régional de pharmaco-vigilance de Nancy, un par celui de Tours et le dernier par celui de Montpellier.

"Attention quand on dit 'décès des suites de… Ce sont des personnes qui ont pu décéder dans les jours qui ont suivi la vaccination, sans pour autant présenter des signes de réaction allergique après la vaccination. C'est le cas en France. C'est le cas dans tous les pays du monde qui vaccinent", précise Olivier Véran.

Ces cinq personnes avaient plus de 75 ans et présentaient plusieurs facteurs de comorbidités. Elles étaient en Ehpad, établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes et "on s'adresse là à des personnes qui, par définition, sont très fragiles, en perte d'autonomie, souvent avec beaucoup de maladies, beaucoup de médicaments et dont les causes du décès peuvent être totalement indépendantes", ajoute le ministre.

Un suivi post-vaccination

Dès le début de la vaccination en France, fin décembre, les autorités sanitaires avaient souligné que cette campagne serait suivi de près. C'est ce que rappelle Olivier Véran ce lundi : "Il y a évidemment,  dans le cadre du suivi de pharmacovigilance, des études qui sont faites par les autorités sanitaires en lien avec les médecins, pour déterminer s'il y a un lien ou non avec la vaccination ou si c’est, entre guillemets, juste une concordance de temps malheureuse, puisque même en dehors de l'épidémie et de toute vaccination, il y a plusieurs dizaines, centaines de personnes qui peuvent décéder de tous les mois. Mais du fait de l'âge et d'autres types de maladies."

Dès qu'il y a une alerte, une enquête est faite.

Olivier Véran indique qu'en cas de "suspicion forte", des analyses supplémentaires peuvent être réalisées. "Lorsque c'est une personne qui est retrouvée décédée trois jours ou quatre jours après une vaccination, parfois d'autres causes de façon évidente, et bien, il n'y a pas nécessairement une enquête diligentée, mais nous considérons néanmoins que c’est une situation particulière à étudier, compte tenu de la sensibilité de la vaccination.”

Au total, 139 remontées d'effets indésirables graves ou inattendus ont été recensés en France depuis le début de la campagne de vaccination.

La Norvège pèse le pour et le contre de l'utilité et des conséquences de la vaccination des plus fragiles

Une situation identique avait par ailleurs été signalée en Norvège. Le pays scandinave a enregistré 33 décès de personnes âgées ayant reçu une première dose du vaccin depuis fin décembre. Cependant, les autorités sanitaires du pays ont fait savoir ce lundi qu'il n'y avait pas de lien établi entre le vaccin Pfizer/BioNTech contre le Covid-19 et ces décès.

Parmi les 13 cas étudiés de plus près pour l'instant, "ce sont tous des gens qui étaient très âgés, fragiles et avaient des maladies graves", a souligné la directrice de l'autorité norvégienne de santé publique, Camilla Stoltenberg.

Après le signalement de décès, la Norvège a toutefois reprécisé ces derniers jours sa recommandation d'une évaluation médicale avant l'administration du vaccin à un personne très fragile ou en fin de vie, comme c'est déjà le cas dans d'autres pays. "Ce n'est pas impossible qu'une partie de ceux à qui on propose la vaccination soient si fragiles (...) que ça ne vaut pas la peine de les vacciner car ils peuvent potentiellement voir leur état se dégrader à cause des effets secondaires normaux", a souligné Mme Stoltenberg lundi. Il peut s'agir par exemple de fièvre et de nausée.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess