Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccin contre la grippe : à Tours "c'est impossible" pour les personnes non prioritaires

-
Par , France Bleu Touraine

Le vaccin contre la grippe était réservé en priorité aux personnes fragiles jusqu’au 30 novembre et ensuite toute la population demandeuse pouvait se faire vacciner. En théorie. C'est ce qu'indiquait le ministère de la Santé, sauf qu'il y a toujours une très forte demande et pas de vaccins.

Illustration d'un vaccin contre la grippe
Illustration d'un vaccin contre la grippe © Maxppp - Philipe Arnassan

Il devait y avoir une priorité aux personnes à risque de forme grave jusqu’au 30 novembre et après toute la population demandeuse pouvait se faire vacciner. Malheureusement, la France connait une pénurie de vaccins contre la grippe cette année, poussée notamment à cause de l'inquiétude liée autour de la Covid-19. Depuis le début de cette campagne de vaccination début octobre, les stocks se sont rapidement épuisés. Ce même dés la mi-octobre en Indre-et-Loire. Un vaccin donc déjà en rupture pour les personnes fragiles, alors que les personnes non prioritaires sont de plus en plus nombreuses à vouloir se faire vacciner contre la grippe.

C'est impossible. Si on en reçoit c'est d'abord pour les personnes prioritaires qui sont en attente - Sophie, pharmacienne à Tours.

A Tours, la réponse de Sophie, pharmacienne, à ceux qui veulent se vacciner contre la grippe, est claire : "c'est impossible". Impossible car même s'ils en reçoivent, ce sera réservé aux personnes prioritaires qui n'en ont pas eu lors du premier stock nous assure-t-elle. Sophie voudrait bien délivrer ces doses aux personnes demandeuses, mais problème, il n'y a plus de stock "depuis 3 semaines environ". Elle poursuit "il n'y a pas de livraisons prévus car pas de stock non plus du côté des laboratoires. Tous les jours on a des demandes, déjà de ceux qui avaient un bon de la sécurité sociale, les personnes prioritaires, et là il y a de plus en plus de personnes non fragiles, non âgées, de jeunes, qui souhaitent se faire vacciner".

Pas encore question de délivrer des vaccins sans bon de prise en charge

A la sortie d'une autre pharmacie de Tours, Sabrina, mère d'un enfant de 2 ans dit vouloir "prendre ses précautions" en voulant être vacciné contre la grippe cette année : "le problème c'est qu'il n'y en a plus. J'étais déjà venu la semaine dernière, là je venais pour autre chose, j'ai redemandé et on m'a encore dit non" soupire la jeune maman. Dans une officine du quartier Giraudeau à Tours, c'est même constat pour une docteure en pharmacie qui a des personnes fragiles en attente de vaccins : "Aujourd'hui, on n'arrive pas à satisfaire ceux qui sont prioritaires, qui ont un bon de prise en charge à 100% de la sécurité sociale. Il est donc hors de question de délivrer des vaccins à des gens qui n'ont même pas ce bon, du moins pour l'instant. Si toutefois on reçoit des doses de ce vaccin" désespère la pharmacienne.

Pour prendre le relais des laboratoires en pénurie, l'Etat a annoncé qu'il débloquait son stock de vaccins et qu'environ 2,4 millions de doses doivent être livrés en pharmacie avec une priorité d'abord pour les résidents et personnels en Ehpad ainsi qu'aux personnes fragiles et aux plus de 65 ans.

Un vaccin pour tous pas avant le 25 décembre

Invité sur France Bleu Touraine ce mardi matin, le co-président du syndicat des pharmaciens d'Indre-et-Loire reconnait qu'il n'y a jamais eu autant de demandes pour se faire vacciner contre la grippe. Effet de l'épidémie de coronavirus. "En une journée, le 13 octobre dernier", explique Nicolas Hay, "2,5 millions de doses ont été vendues. C'est trois fois plus que pour une première grosse semaine d'une année normale. C'est du jamais vu. Or, les stocks de vaccin commandés n'étaient pas beaucoup plus importants que les années précédentes car les commandes se font des mois à l'avance. En l'occurrence, elles ont été passées avant la crise épidémique."

Aujourd'hui, 11 millions de Français ont déjà été vaccinés contre la grippe. C'est déjà un peu plus que sur tout l'hiver dernier. Mais il en manque encore. 

L'Etat est parti à la chasse au vaccin dans toute l'Europe vers des pays qui avaient été plus prudent que nous et qui ont commandé plus qu'il n'en fallait", Nicolas Hay, pharmacien

Nicolas Hay ne prévoit pas une vaccination contre la grippe pour M.et Mme tout le monde avant le 25 décembre. 

La bonne nouvelle c'est que pour le moment en France,  l'épidémie de grippe est quasi inexistante grâce aux gestes barrières que l'on s'impose déjà face au Covid. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess