Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccin contre le coronavirus : pourquoi rallonger les délais entre deux doses

-
Par , France Bleu

La Haute autorité de santé préconise ce samedi d'élargir à six semaines le délai entre deux doses de vaccin. Cet avis va dans le même sens que ce que prônent l'Organisation mondiale de la Santé et l'Agence nationale du médicament.

Une infirmière prépare le vaccin contre le Covid-19.
Une infirmière prépare le vaccin contre le Covid-19. © Radio France - Emmanuel Claverie

"Protéger plus vite un plus grand nombre de personnes à risque pour éviter une flambée de l'épidémie". La Haute autorité de santé rejoint les avis de l'OMS et de l'Agence nationale du médicament dans un avis publié ce samedi matin. Pourquoi rallonger les délais permettrait-il de lutter mieux contre la pandémie ? A l'heure où plusieurs laboratoires annoncent qu'ils auront du retard dans la livraison de leur vaccin, l'avis de la HAS est pragmatique. 

Repousser la seconde injection de trois à six semaines permettrait de donner une première dose à davantage de monde. Au moins 700.000 personnes en plus dans le mois à venir estime la Haute autorité. Quant aux éventuelles conséquences pour ceux qui attendent leur seconde dose : "Le risque de perte d'efficacité paraît limité" estime la Haute autorité. 

Le vaccin Pfizer commence à protéger dès le 12e jour après la première injection, c'est à partir du 14e jour pour le vaccin Moderna, d'après les études cliniques. Pour être efficace, cet espacement des doses doit être mis en œuvre "rapidement", dit la Haute autorité, et profiter d'abord aux plus de 75 ans (le public le plus à risque).

De son côté, à l'inverse, l'Académie de médecine a recommandé dans un communiqué mardi 12 janvier de ne pas différer l'injection de la seconde dose par crainte d'une baisse de l'efficacité du vaccin.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess