Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccin contre le Covid-19 : interrogations, effets secondaires, un médecin haut-garonnais fait de la pédagogie

-
Par , France Bleu Occitanie

La campagne de vaccination bat toujours sont plein en France : 50% des Français ont déjà reçu leur première dose, quand un tiers est entièrement vacciné. Avec le recul des mois passés, nous avons demandé au Docteur Nicolas Homehr de nous éclaircir sur les effets secondaires dus au vaccin.

Préparation d'une dose de vaccin Pfizer.
Préparation d'une dose de vaccin Pfizer. © Radio France - Bastien Thomas

France Bleu Occitanie se penche sur les effets secondaires causés par le vaccin contre le Covid-19. Quand interviennent-ils ? L'âge joue-t-il un rôle ? Quand sommes-nous susceptibles de ressentir ces effets indésirables ? Quels types d'effets secondaires ? Le Docteur Nicolas Homehr, médecin généraliste au Lherm (31) et président de la CPTS du Sud Toulousain (Communauté professionnelle territoriale de santé, ndlr) donne ses précisions.

Vos patients sont-ils inquiets quand ils viennent se faire vacciner ?

On a un recul de six mois sur des patients avec différents vaccins. Donc, il n'y a pas plus d’inquiétude aujourd'hui. Bien sûr, quand le patient a eu sa première dose, il est toujours inquiet de savoir ce que ça va lui faire, et puis il a peut-être lu ou entendu dans son entourage des effets indésirables. Aujourd'hui, on peut dire qu'après les centaines de millions de doses qui ont été injectées dans le monde, on est vraiment rassuré sur le nombre d'effets indésirables et sur la qualité des effets indésirables de la deuxième doses par rapport à la première dose.

Quels sont ces effets indésirables ?

Premièrement, il faut savoir que plus on est âgé, moins on a d'effets indésirables. On a bien sûr des patients de 80 ans qui ont des effets indésirables, mais cela reste assez rare. Ensuite, le troisième âge, on va dire les plus de 70 ans, il y en a quelques-uns qui ont déclaré des effets indésirables, mais très peu. On est effectivement sur des patients plus jeunes qui déclarent des effets indésirables comme des maux de tête, la douleur au point de ponction au niveau de l'épaule. Pour d'autres, ce sera plutôt un état grippal, c'est-à-dire de la fièvre entre 38 et 40, et des courbatures. Ça va durer deux jours.

Donc les jeunes sont d'autant plus touchés ?

Le premier facteur, c'est vraiment l'âge. Pourquoi ? On a différentes explications. Le système immunitaire est plus puissant chez un patient jeune, donc il va faire une réaction plus importante au vaccin. On s'est posé la question sur la qualité du vaccin. Est-ce qu'il y avait plus de patients qui faisaient des réactions avec de l'Astrazeneca, du Pfizer ou du Moderna. A priori, non. Donc, ça semble plutôt être lié au système immunitaire plutôt qu'au type de vaccin.

Que répondez-vous aux plus craintifs sur la vaccination ?

Quand on met dans la balance bénéfice risque les effets secondaires et les risques de contaminations de vos parents, grands-parents, le choix est simple. Il faut qu'ils comprennent que c'est pour protéger leur entourage. Et ça, je peux vous dire que nous, dans le cabinet, on a un écho très fort chez les jeunes.

Vous conseillez aux adolescents de se faire vacciner ?

On commence à avoir un certain recul, j'espère qu'un bon nombre d'adolescents pourront partir en vacances et que des centres de vaccination seront ouverts sur les lieux de vacances. Beaucoup de parents nous interrogent. Je pense qu'il faut le faire, bien sûr, pour ses grands-parents, mais aussi parce que ça va protéger tout le monde. Encore une fois, on a un vaccin qui est sûr. J'ai trois enfants. Mon plus grand a 13 ans et je le ferai vacciner car j'ai confiance et aussi parce que j'ai lu suffisamment de choses qui m'ont donné à avoir cet avis confiant.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess