Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccin contre la grippe : la demande grimpe à Laval, mais pas les stocks

-
Par , France Bleu Mayenne

La campagne de vaccination contre la grippe qui s'ouvre ce mardi devrait avoir plus de succès cette année : dans les officines de Laval, les mayennais sont plus nombreux à vouloir se faire vacciner en raison du contexte sanitaire. Les stocks, eux, restent restreints.

Les mayennais sont plus nombreux à vouloir se faire vacciner contre la grippe cette année
Les mayennais sont plus nombreux à vouloir se faire vacciner contre la grippe cette année © Radio France - Thierry Boulant

Se faire vacciner contre la grippe, c'est possible dès ce mardi. La campagne annuelle est lancée, dans un contexte de crise sanitaire qui pousse certains à prendre davantage de précautions que d'habitude. Dans plusieurs pharmacies de Laval, le constat est identique : davantage d'habitants comptent faire le vaccin. Les professionnels appellent cependant à ne pas tous se ruer dessus, sans quoi il faudra prioriser pour gérer les stocks.

Vaccin "par précaution"

"On a des personnes qui nous demandent au comptoir quand les vaccins arrivent, car elles vont le faire cette année, lance Mehdi Pouteau. Avec l'angoisse générale connue ces derniers mois, on sent l'envie de se protéger au maximum". "À cause de la Covid, je pense le faire cette année, indique Evelyne, 67 ans. Je ne pense pas que j'y resterais si j'attrapais la grippe ou la Covid car je suis en bonne santé, mais _le vaccin facilitera le diagnostic_. C'est une précaution et pour moi, et pour les autres". "Il y a de la peur, reconnait Martine. J'ai eu la grippe l'an dernier et j'ai été bien malade, donc cette fois, je me fais vacciner !"

D'autres finissent par prendre rendez-vous pour le vaccin davantage pour rassurer leurs proches que par crainte pour leur santé. "C'est pour qu'on me fiche la paix à la maison, pour tranquiliser ma femme !" lance Jean-Pierre. Pour les personnes fragiles comme Oussama, diabétique, pas question d'oublier le vaccin cet hiver : "je me fais toujours vacciner, c'est efficace, et là _je suis venu dès le début pour être sûr qu'il soit disponible_. Avec le coronavirus, on fait le maximum pour éviter les surprises"

Stocks limités à gérer

Si ce n'est pour l'heure pas la ruée sur le vaccin, il ne faudrait pas que tout le monde veuille se faire vacciner dès les prochaines semaines. Les pharmaciens préviennent : les stocks ont été commandés en début d'année, avant la crise sanitaire. "Les laboratoires nous ont dit qu'on pourrait redemander des stocks mais on ne peut pas encore commander, expllique Mehdi Pouteau. _On vient de reçevoir les premiers stocks en retard et les prochains arriveront fin octobre_. C'est fractionné, les laboratoires sont à flux tendu".

Si la demande est trop forte, les pharmaciens vont donc prioriser les vaccins : "les personnes qui reçoivent les bons de la Sécurité Sociale sont prioritaires, comme les plus de 65 ans et les personnes avec plusieurs pathologies", rappelle le pharmacien. En cas de ruptures de stocks, certains professionnels de santé comptent donc établir des listes d'attente pour rappeler ceux qui souhaitent se faire vacciner au fur et à mesure. "Les conditions sont vraiment particulières cette année, conclut Mehdi Pouteau, il faut vraiment _garder des stocks pour les personnes prioritaires et ne pas s'amuser à donner à tout le monde_".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess