Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : Pfizer ne pourra livrer que la moitié des doses de vaccin prévues d'ici fin décembre

-
Par , France Bleu

Contrairement à ce qu'il avait prévu à l'origine, le laboratoire Pfizer ne sera pas en mesure de fournir 100 millions de doses de son vaccin contre le coronavirus d'ici la fin de l'année. Des soucis dans la chaîne d'approvisionnement contraignent l'Américain à revoir ce chiffre à 50 millions.

Pfizer sera en mesure de fournir la moitié des 100 millions de doses prévues d'ici la fin de l'année.
Pfizer sera en mesure de fournir la moitié des 100 millions de doses prévues d'ici la fin de l'année. © Maxppp - Aurelien Morissard

Le laboratoire Pfizer ne pourra finalement livrer que 50 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19 d'ici la fin de l'année 2020, contre les 100 millions de doses prévues. En cause, des problèmes dans sa chaîne d'approvisionnement de matières premières utilisées.

"La mise à l'échelle de la chaîne d'approvisionnement de matières premières a pris plus de temps qu'attendu", a indiqué une porte-parole du groupe à Reuters, confirmant une information du Wall Street Journal. Un retard des résultats des essais cliniques explique également le nombre plus faible de doses attendues d'ici la fin de l'année.

Les changements apportés aux lignes de production sont désormais terminés et des doses sont produites à un rythme élevé, a ajouté la porte-parole. Pour rappel, il faut deux doses de vaccin, inoculées à trois semaines d'intervalle, pour être immunisé contre le coronavirus.

Dans l'article publié par le Wall Street Journal, une source non identifiée indique que "certains des premiers lots de matières premières n'ont pas répondu aux normes", provoquant un retard dans la production. 

Les laboratoires sont allés trop vite dans leurs annonces, estime ce vendredi sur franceinfo le Dr Jérôme Marty, médecin généraliste, président de l’UFML (syndicat de l’Union Française pour une médecine Libre). "C'est pour ça qu'il faut impérativement qu'à chaque instant on soit au courant de tout ce qu'il se passe, des stocks, des livraisons, des délais, de ce qu'il y a dans ces vaccins. On n'a pas encore reçu la totalité des éléments scientifiques, or on en a besoin pour expliquer cela à nos patients. Tout cela relève de la transparence", estime-t-il.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess