Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Vaccination : "C'est le pays de Pasteur qui doute le plus des vaccins !"

dimanche 22 avril 2018 à 17:02 Par Lisa Melia, France Bleu Gascogne

La Semaine de la vaccination commence ce lundi 23 avril. L'occasion, pour l'ARS Nouvelle-Aquitaine, de mettre le focus sur la pédagogie et l'information autour des vaccins, de plus en plus remis en cause.

Les vaccins infantiles
Les vaccins infantiles © Maxppp - Philippe Pauchet

Landes, France

Une semaine pour discuter de la vaccination. C'est le programme voulu et choisi par l'agence régionale de santé. Objectif : mener une véritable offensive sur le plan de la communication, pour contrer les idées reçues et les peurs liées à la vaccination.

Le retour des anciennes maladies

"Les patients ont oublié que l'on meurt de maladies infectieuses, rappelle le docteur Andréi Vial, président de l'association des médecins généralistes de Dax. Avant que les vaccins ne soient obligatoires, la diphtérie tuait trois mille personnes chaque année, le tétanos en tuait mille et la polio environ deux cents."

Mais aujourd'hui, certaines maladies, comme la rougeole, connaissent une recrudescence. "C'est un paradoxe, c'est le pays de Pasteur qui est l'un de ceux, en Europe, qui doute le plus du bien-fondé de la vaccination."

Dr. Andréi Vial

Aujourd'hui, il ne reste que des cas sporadiques, la diphtérie et la polio ont même été éradiquées. Pourtant, les patients sont de plus en plus nombreux à émettre des doutes et à poser des questions à leur médecin. "Cela ne se règle pas en une semaine, poursuit Andréi Vial. C'est un travail de longue haleine, au quotidien."

Une meilleure couverture vaccinale

L'obligation vaccinale qui concerne désormais onze maladies, depuis le 1er janvier, cotnre trois précédemment, a provoqué débats et polémiques. Pour l'ARS, ce changement était une question de logique : le vaccin DTP a permi d'atteindre une couverture vaccinale de 95%, alors qu'elle était insuffisante pour les autres.

Pour le médecin, l'important, c'est surtout de ne pas refuser la discussion : "on ne peut pas balayer leurs doutes d'un revers de main. C'est un débat passionnel. Il faut au moins écouter et entendre les questions, parce qu'on peut y apporter des réponses."

Dr. Andréi Vial

Plusieurs rendez-vous proposés cette semaine

Du 23 au 29 avril, de 14h à 17h le centre départemental de vaccination des Landes organise une "semaine portes ouvertes" pour se renseigner sur la vaccination, faire vacciner les enfants si nécessaire et leur créer un carnet de santé électronique.

Des stands d'informations seront également installés le 24 avril de 14h30 à 15h30 au centre hospitalier de Mont-de-Marsan et de 13h à 14h30 le 25 avril à l'institut Hélio-Marin de Labenne.