Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccination contre la Covid : sept centres vont ouvrir d'ici la fin janvier en Indre-et-Loire

-
Par , France Bleu Touraine

La préfète d'Indre-et-Loire, Marie Lajus, a présenté ce jeudi la feuille de route de la campagne de vaccination dans le département. Au total, sept centres de vaccinations verront le jour.

Sept centres de vaccination contre la covid seront ouverts, au total, en Indre-et-Loire d'ici fin janvier.
Sept centres de vaccination contre la covid seront ouverts, au total, en Indre-et-Loire d'ici fin janvier. © Radio France - Boris Compain

La campagne de vaccination va s'accélérer. C'est la promesse faite par Emmanuel Macron, de passage à Tours cette semaine. Une accélération qui passera, en première par l'ouverture de sept centres de vaccination dans le département, avant la fin janvier a annoncé ce jeudi, Marie Lajus, la préfète d'Indre-et-Loire. 

Depuis mardi, trois centres, dépendant directement du CHRU de Tours sont ouverts aux personnels soignants de plus de 50 ans et aux soignants les plus fragiles. Ainsi, 180 professionnels de santé peuvent venir se faire vacciner au centre de consultation des voyageurs de l'hôpital Bretonneau.  Mais aussi dans les salles Balzac-Ronsard de l'hôpital Trousseau et au centre de vaccination rue Jehan Fouquet. 

Ce jeudi, deux autres centres ont ouvert leurs portes au sein des centre hospitaliers de Loches et Chinon. Cinq centres auxquelles s'ajoutent d'ici quelques jours un site sur la commune d'Amboise. Le dernier se situera dans le Nord-Ouest du département que "nous sommes en train d'identifier", fait savoir Marie Lajus, la préfète d'Indre-et-Loire. Une cartographie bien étudiée par la préfecture afin de faciliter la venue des professionnels soignants. Cela pourrait permettre la vaccination de 6 500 résidents et 5 000 soignants d’Ehpad, ainsi que les pompiers et les aides à domicile.

Pas de gymnases et salle des fêtes comme centre de vaccination

Ces centres seront tous installés dans des centre médicaux. "Nous les privilégions car ils sont adaptés au contraintes logistiques extrêmement fortes qui pèsent sur l'administration du vaccin Covid", assure Marie Lajus. La principale problématique étant la chaîne de froid avec une conservation du vaccin sous - 70 degrés. une fois sorti de ces congélateurs, il faut les administrer dans un temps très bref. 

Ainsi, "la vaccination est concentrée sur des lieux médicalisés qui sont pour l'instant les mieux adaptés". Difficile pour l'instant de voir donc s'installer des centres dans des gymnases et des salles des fêtes comme certains élus l'avaient proposé. "Dans l'immédiat ce ne sont pas des lieux qui vont être mobilisés mais nous avons une cartographie des ressources potentielles pour les semaines et les mois à venir. Je dis merci à ces élus. Nous saurons avoir recours soit à leur personnel ,soit à leurs ressources immobilières, le moment venu", précise la préfète d'Indre-et-Loire. 

Une vaccination pour les plus de 75 ans en février

La deuxième phase de cette campagne de vaccination s'ouvrira en février avec l'injection de ce vaccin contre le Covid pour les personnes âgées de plus de 75 ans. Une date qui vient d'être avancée par Jean Castex, ce jeudi soir. Le premier ministre à fait savoir que ce public pourra se faire vacciner à partir du 18 janvier. Ils recevront un bon de la caisse primaire d’assurance-maladie pour se rendre ensuite dans les sept centres. 

Trouver des soignants disponibles

Pour assurer la réussite de ces deux phases de vaccination, la préfète assure que les endroits restent faciles à trouver. "L'une des difficultés restent la mise à disposition d'équipes. Aujourd'hui, nous sommes encore dans le repérages des infirmiers, infirmières et médecins capables d'administrer ses vaccins et disponibles, sachant qu'ils sont déjà bien occupés".  

L'arrivée du vaccin Moderna

Avec l'autorisation ce mercredi de la fabrication du vaccin Moderna, par L’Agence européenne des médicaments, cela va permettre d'amplifier un peu plus la vaccination. Impossible de savoir combien va recevoir pour l'heure le département. 

Le laboratoire Recipharm de Monts, sera lui en charge de produire une partie de ce vaccin. Un site dont la sécurité est renforcée par des services privées mais aussi par des gendarmes du département.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess