Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccination contre le Covid-19 : une Drômoise dans le collectif de citoyens chargé de suivre la campagne

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Marjorie habite à La Motte-de-Galaure dans la Drôme et elle a été tirée au sort pour faire partie du collectif de 35 citoyens chargé de suivre la campagne de vaccination contre le covid-19 en France. Ce conseil citoyen sera installé ce samedi 16 janvier.

Marjorie, habitante de La Motte-de-Galaure, a été tirée au sort et fait partie du collectif de 35 citoyens qui va suivre la campagne de vaccination contre le covid-19
Marjorie, habitante de La Motte-de-Galaure, a été tirée au sort et fait partie du collectif de 35 citoyens qui va suivre la campagne de vaccination contre le covid-19 © Radio France - Mélanie Tournadre

Marjorie a 45 ans et habite à La Motte-de-Galaure dans le Nord-Drôme. Cette jeune grand-mère ne s'attendait pas du tout au coup de fil qu'elle a reçu le 4 janvier dernier. 

"Ça a été une grosse surprise d'être tirée au sort !"

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) l'a contactée pour lui annoncer qu'elle avait été tirée au sort pour faire partie du collectif de 35 citoyens (18 femmes et 17 hommes) qui vont suivre la campagne de vaccination contre le covid-19.

"Au début j'ai cru que c'était une blague, un canular, voire une arnaque à la carte bleue" - Marjorie

"Ça a été une vraie surprise, je pensais que le gouvernement allait choisir des PDG, des gens qui s'y connaissent, pas quelqu'un qui habite à La Motte-de-Galaure, qui était agent de production et maintenant en invalidité" explique Marjorie. Originaire de Lorraine, Marjorie a deux enfants et deux petits enfants et elle ne peut plus travailler depuis cinq ans suite à une maladie. Elle vit à La Motte-de-Galaure depuis douze ans. Ce collectif se veut "représentatif de la diversité française", notamment en termes d'âge, de géographie, de catégories socioprofessionnelles.

Marjorie a été très surprise d'être tirée au sort.

"Une volonté de faire remonter les questions de la ruralité"

Seulement 20% des répondants ont accepté de participer à ce collectif, a précisé le CESE. Marjorie a tout de suite accepté de faire partir du collectif même si ça va clairement changer son quotidien. "Les questions qu'on se pose dans notre ruralité ce ne sont pas les questions de Paris, il y a plein de questions de citoyens lambda qu'il faut faire remonter et ça me tient particulièrement à cœur" précise Marjorie. 

"Comment les personnes de plus de 75 ans, les personnes âgées dans nos petits villages vont pouvoir se déplacer pour aller se faire vacciner ?" demande la Drômoise qui a déjà commencé à interroger les habitants de La Motte-de-Galaure, ses proches également, ainsi que la maire de sa commune et le président de la Communauté de communes Porte de DrômArdèche. "J'ai déjà commencé à travailler, à poser des questions aux gens et je note tout dans mon bloc note"explique Marjorie en rigolant.

Marjorie devant la mairie de La Motte-de-Galaure, commune où elle réside depuis douze ans.
Marjorie devant la mairie de La Motte-de-Galaure, commune où elle réside depuis douze ans. © Radio France - Mélanie Tournadre

Marjorie a acheté un ordinateur pour mener à bien cette mission

"Moi je ne connaissais rien aux applications comme Zoom, je n'avais même pas d'ordinateur et j'en ai racheté un pour pouvoir assister à la visioconférence avec le ministre de la Santé" explique Marjorie.  A 16h30, ce samedi 16 janvier, elle va se présenter ainsi que les 34 autres citoyens tirés au sort pour faire partie de ce collectif.  "Moi le ministre de la santé je le vois qu'à la télé, je suis stressé mais très contente et excitée aussi de participer à ce collectif".

Mandatés pour faire remonter les peurs, les craintes et les interrogations des Français concernant cette vaccination, les membres de ce conseil citoyen devraient avoir trois jours de réunion de travail par mois. Ils commenceront concrètement leurs travaux le 28 janvier prochain et devraient suivre la campagne jusqu'à la fin de l'année afin d'en établir également "un bilan". "Moi je ne suis jamais allée à Paris, ce sera une première !" ajoute Marjorie.

Marjorie témoigne sur France Bleu Drôme Ardèche.

La commission temporaire chargée de piloter ce dispositif au sein du Cese a également annoncé le lancement ce vendredi "d'une plateforme de consultation pour permettre l'expression du plus grand nombre de citoyens", a indiqué Marie-Andrée Blanc, la présidente de cette commission.  Le 23 février doit être présenté en assemblée plénière un premier rapport d'étape.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess