Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccination des enseignants en avril : "L'urgence, c'est maintenant", alerte le Snuipp-FSU dans la Drôme

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Emmanuel Macron a promis ce mardi d'ouvrir la vaccination aux enseignants à partir de la mi-avril si les doses arrivaient en nombre suffisant. Une nouvelle qui ne satisfait pas Florimond Guimard, co-secrétaire du syndicat Snuipp-FSU dans la Drôme.

Les enseignants pourraient se faire vacciner à partir de la mi-avril (image d'illustration).
Les enseignants pourraient se faire vacciner à partir de la mi-avril (image d'illustration). © Maxppp - Lionel VADAM

"Dans la Drôme, comme dans les autres départements, c'est catastrophique". Au regard du contexte épidémique, Florimond Guimard, co-secrétaire départemental du syndicat enseignant Snuipp-FSU, est mitigé après les annonces d'Emmanuel Macron ce mardi. La vaccination pourrait être ouverte aux enseignants dès la mi-avril. 

"La réalité, c'est que la vaccination on en a besoin aujourd'hui" - Florimond Guimard du Snuipp-FSU

Ce mardi, en déplacement à Valenciennes, Emmanuel Macron a annoncé que les enseignants pourront se faire vacciner à partir du milieu ou de la fin du mois d'avril lorsque le nombre de vaccins disponibles aura augmenté. "Est-ce qu'il aura vraiment les capacités de tenir cette promesse quand on voit au niveau international qu'il y a des difficultés de livraison du vaccin AstraZeneca notamment ?", s'interroge Florimond Guimard. 

Le co-secrétaire du syndicat Snuipp-FSU de la Drôme accueille cette nouvelle de manière mitigée. Oui, il faut vacciner selon lui mais dans des délais plus rapides : "Mi-avril, c'est dans beaucoup trop longtemps. Il y a une augmentation de semaine en semaine de cas covid au sein du personnel ou des élèves. Par rapport à la semaine dernière, il y a eu 250% de fermetures de classes supplémentaires. On est vraiment dans le dur"

Lui qui regrette toujours le manque de masques chirurgicaux pour le personnel et l'assouplissement du protocole sanitaire estime que la profession n'est pas assez prise en compte : "Cela fait des mois que l'on demande des moyens supplémentaires. Il manque des personnes pour remplacer les enseignants absents. Donc non, ce n'est pas satisfaisant". Le président a promis des vaccinations ciblées sur plusieurs professions à risque.

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess