Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccination en Dordogne : les médecins généralistes recevront cette semaine des doses de Moderna

-
Par , France Bleu Périgord

Les médecins généralistes et les pharmaciens vont pouvoir vacciner avec d'autres produits que celui d'AstraZeneca : le vaccin à ARN messager Moderna est livré à partir de cette semaine dans les cabinets, mais aussi dans les pharmacies.

Le vaccin Moderna arrive cette semaine dans les pharmacies et chez les médecins généralistes qui en ont commandé
Le vaccin Moderna arrive cette semaine dans les pharmacies et chez les médecins généralistes qui en ont commandé © Radio France - Thierry Boulant

Plus besoin de se rendre dans un centre de vaccination pour recevoir un vaccin à "ARN-messager" : les vaccins Moderna arrivent chez les médecins généralistes et les pharmaciens cette semaine, pour ceux qui en ont commandé. Ils vont donc disposer d'une alternative au vaccin AstraZeneca. "La communication a été un peu curieuse et brouillée par certaines informations au sujet d'éventuels effets secondaires", explique Denis Marty, le président de l'Ordre des médecins de Dordogne, invité de France Bleu Périgord. "Ce qui a créé une défiance des patients. Et puis, nous avions un circuit d'approvisionnement en vaccin AstraZeneca qui a été perturbé par diverses mesures, ce qui fait que le renfort par le vaccin Moderna est le bienvenu. Cette nouvelle technique "ARN-messager" a peut être un petit peu dérouté les patients et même peut être certains médecins. Mais il s'avère qu'elle rend bien service, elle est quand même assez fiable."

Alors qu'ils avaient été laissés de côté par le gouvernement au début de la campagne de vaccination, les médecins généralistes sont très sollicités par leurs patients pour recevoir les injections selon Denis Marty : "On fera en fonction des ressources humaines disponibles. L'ensemble des médecins, et pas seulement les médecins généralistes, sont fortement impliqués dans la vaccination, en particulier dans les centres de vaccination dans lesquels nous avons eu une mobilisation spontanée et massive."

Denis Marty, président de l'Ordre des médecins de Dordogne

Choix de la station

À venir dansDanssecondess