Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccination en Haute-Garonne : la carte des centres discutée autour du préfet

-
Par , , France Bleu Occitanie

On devrait connaitre rapidement maintenant la carte des centres de vaccination décidée en Haute-Garonne pour les plus de 75 ans à partir de lundi prochain. Les discussions sont en cours avec les élus. Le Conseil départemental demande une couverture plus forte que celle proposée par l'État.

Le préfet de Haute-Garonne, Etienne Guyot, négocie la carte vaccinale du département avec les élus depuis lundi soir
Le préfet de Haute-Garonne, Etienne Guyot, négocie la carte vaccinale du département avec les élus depuis lundi soir - Maxppp

Comme à chaque épisode de la crise sanitaire depuis dix mois (confinements, port du masque, dépistage, couvre-feu), le préfet de Haute-Garonne a beaucoup de travail... beaucoup de consultations à mener auprès des élus du département. Etienne Guyot doit dans les prochains heures arrêter la stratégie précise de vaccination pour les personnes de plus de 75 ans. Cela représente 8% de la population haut-garonnaise, soit 102.556 personnes.

Certes, il s'agit pour le préfet de décliner une stratégie décidée et expliquée la semaine dernière par le Premier ministre. Mais ce dernier ayant insisté sur le fait que chaque préfet était le "patron" de la vaccination sur son territoire, c'est un long travail d'échange avec les élus qui est sur le point d'aboutir.

Objectif : une couverture maximale pour un maillage de tout le territoire 

Selon les informations de France Bleu Occitanie, une première réunion s'est déroulée ce lundi soir avec les représentants des intercommunalités du département et des professions de santé. Ce mardi, le préfet consulte individuellement les élus qui ont pour la plupart proposé de mettre à disposition des gymnases ou des salles municipales. 

La première question, c'est celle de la couverture départementale de ces centres. Lors de ses vœux à la presse ce mardi matin, le président PS du Conseil départemental a expliqué qu'il était en désaccord avec le représentant de l'État

Etienne Guyot a évoqué la mise en place d'un centre pour 50.000 habitants. Selon Georges Méric, qui dénonce une nouvelle fois le raté du gouvernement sur le sujet, il en faudrait un pour 25.000 habitants, soit deux fois plus. Il plaide pour 45 à 50 centres répartis sur tout le département.

Le défi de l'égalité de traitement entre Toulouse et les zones rurales

C'est là l'autre question délicate à trancher pour la préfecture. La Haute-Garonne, on ne le répète jamais assez, a la particularité d'être un département hyper-urbain et rural. La majorité de la population est concentrée dans la zone nord autour de Toulouse, mais le plus grand territoire est dans le sud, avec des zones peu peuplées et souvent en montagne.

Georges Méric, médecin gériatre de métier, plaide aussi pour une simplification des procédures. En l'état, les personnes âgées de plus de 75 ans doivent aller chez leur médecin pour avoir un bon de vaccination et se rendre ensuite dans un de ces centres. Pour le président du Conseil départemental de Haute-Garonne, "il faut simplifier les choses et sortir de cette logique administrative". Georges Méric, qui se félicite que cette première réunion d'information autour de la vaccination ait enfin eu lieu, a aussi fait ses comptes : "L'objectif du gouvernement est de vacciner 26 millions de personnes avant l'été. Ca fait 350.000 par jour. On n'a pas fait ça en trois semaines... il y a du travail."

10.000 doses disponibles pour commencer

Au-delà de la question de la carte vaccinale, beaucoup d'autres questions d'organisation se posent pour le préfet : qui vaccine, la gestion des inscriptions et des rendez-vous notamment... 

Et forcément, celle, ultra-sensible, de la fourniture en doses. Aucun chiffre n'a été donné ni par l'ARS ni par la préfecture.

Mais Jean-Jacques Mirassou, le vice-président du Conseil départemental de la Haute-Garonne en charge de la vaccination, annonce lui sur France Bleu Occitanie mercredi matin que 10.000 doses du vaccin Pfizer étaient disponibles lundi soir pour les 102.000 Haut-Garonnais de plus de 75 ans. Il explique que l'ARS et la préfecture lui ont assuré que l'approvisionnement se ferait ensuite régulièrement, "de manière conséquente". Le nombre va donc évoluer dans les prochains jours.

L'élu estime cependant qu'"il faut changer de braquet, (...) c'est une course contre la montre". Quant à l'acceptation du vaccin par ce public de personnes âgées, Jean-Jacques Mirassou reconnaît qu'"il y a un effort à faire en terme de persuasion, mais c'est une nécessité absolue", pour ce public "le plus vulnérable". "C'est une formidable chance d'avoir un vaccin, (...) il ne faut pas gâcher cette opportunité".

Jean-Jacques Mirassou, vice-président du département de Haute-Garonne.
Jean-Jacques Mirassou, vice-président du département de Haute-Garonne. © Radio France - Jeanne-Marie Marco
Choix de la station

À venir dansDanssecondess