Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Vaccination : l’obligation a réussi à inverser la tendance dans le Grand Est

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le professeur Thierry May, infectiologue au CHU de Nancy, salue le courage politique de l’obligation vaccinale : une mesure qui a réussi à inverser la tendance dans le Grand Est, mais il faut encore combattre les fausses informations sur internet.

Des étudiantes sensibilisent les passants à l'intérêt de la vaccination.
Des étudiantes sensibilisent les passants à l'intérêt de la vaccination. © Radio France - Thierry Colin

Nancy, France

Les chiffres de la vaccination dans le Grand Est sont encourageants : après des années de défiance envers les vaccins, la couverture vaccinale s’étend. Le chiffre le plus marquant étant l’augmentation pour le vaccin contre le méningocoque C pour les nourrissons de 38% à 74% (soit 36 points de plus) de 2017 à 2018 . 

Les conséquences de l'obligation vaccinale

Les chiffres régionaux suivent la tendance nationale avec une vaccination plus étendue. Le professeur Thierry May, infectiologue au CHU de Nancy salue le «courage politique» de l’obligation vaccinale mise en place depuis le 1er janvier 2018. 

«Depuis plusieurs décennies, le scandale du sang contaminé a rendu les politiques fébriles par excès de prudence en France. Aujourd’hui la volonté politique, qui se traduit par l'obligation vaccinale de 11 vaccins chez le nourrisson, a permis d'inverser la tendance de manière significative». 

Et le spécialiste du CHRU de Nancy de poursuivre : «la couverture vaccinale augmente chez les nourrissons et maintenant augmente également chez les adolescents vis-à-vis desquels de la vaccination reste aujourd'hui seulement recommandée. On voit que la population générale retrouve la confiance et finalement, avoir généralisé la vaccination n'a pas entraîné d'effets secondaires comme certains l’annonçaient - un peu comme un épouvantail - avec des politiques qui ont pris leurs responsabilités». 

Le retour de la rougeole

A Nancy ce mercredi, des étudiants en médecine ont sensibilisé les passants toute la journée en les abordant avec un questionnaire sur la rougeole. La maladie très contagieuse avait disparu des radars et revient avec 61 cas depuis le début de l’année dans le Grand Est - notamment dans des écoles privés en Alsace - mais on compte quatre cas en Meurthe-et-Moselle. 

Chaque personne pouvant potentiellement infecter une 20aine d’autres de son entourage ; la rougeole peut être mortelle, notamment chez les nourrissons ou les personnes âgées. 

L’extension de l’obligation vaccinale mise en place au 1er janvier 2018 a réussi à inverser la tendance mais il faut encore combattre les fausses informations sur internet. Hier, place Charles III à Nancy, autour du stand monté par l’ARS et Santé Publique France, les étudiants rappelaient aux personnes opposées au vaccin contre la rougeole que la maladie était mortelle, sans aucun traitement et hautement contagieuse.