Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Vaccination : les EHPAD lorrains commencent à recueillir le consentement des résidents

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Le top départ de la campagne de vaccination en France, où les premières injections sont administrées dans deux EHPAD aujourd'hui. En Lorraine, il faudra attendre encore la semaine prochaine selon le CHRU de Nancy. Pour l'instant, les maisons de retraite commencent à recueillir les consentements.

Image d'illustration.
Image d'illustration. © Maxppp - URS FLUEELER

Jour-J pour la campagne de vaccination contre le coronavirus en France. Les premières injections se déroulent ce dimanche, dans deux EHPAD de Seine-Saint-Denis et Côte-d'Or. En Lorraine cela doit commencer la semaine prochaine, selon le CHRU de Nancy. "Pour l'instant, nous n'avons pas reçu de consigne", indique Claire-Marie Le Monnier, directrice d'une maison de retraite à Colombey-les-Belles. "Mais on a déjà commencé à consulter les résidents, leurs familles, et informer les médecins", poursuit-elle.  

Essayer de "lever les résistances"

Pas très évident de prendre contact avec tout ce petit monde en période de fêtes, reconnaît Cédric Lacresse le directeur de l'EHPAD des Bruyères à Epinal. "Beaucoup de personnes sont en congés, mais il faut organiser et mettre en musique toute cette procédure. Pour les résidents qui n'ont pas de troubles cognitifs, ils pourront s'exprimer librement. Pour les personnes sous protection juridique, on fera appel au tuteur légal." 

A Colombey-les-Belles, Claire-Marie Le Monnier sait que cette vaccination suscite de nombreuses réserves. La clé, selon elle, c'est le dialogue. "L'idée c'est de rencontrer chaque personne âgée, avoir un avis des familles, de manière à pouvoir en parler et essayer de lever les résistances." Un travail de fond, qui prendra le temps qu'il faudra selon la directrice pour tenter de  "trouver un consensus".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess