Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vaccinodrome de Besançon: jour J - 4 avant l'ouverture à Micropolis

-
Par , France Bleu Besançon

Le vaccinodrome de Besançon ouvrira lundi 31 mai à Micropolis avec l'objectif d'atteindre une vitesse de croisière de 2000 injections quotidiennes. Sur place, on s'active pour transformer le grand hall A1 vide, en un centre de vaccination capable d'accueillir ce flux de patients.

Le hall A1 de Micropolis à Besançon se transforme en vaccinodrome
Le hall A1 de Micropolis à Besançon se transforme en vaccinodrome © Radio France - Christophe Mey

Dernière ligne droite avant l'ouverture du vaccinodrome de Besançon: ce sera lundi  31 mai au parc des expositions Micropolis. La vaccination va passer à la vitesse supérieure dans la capitale comtoise, avec l'objectif à l'ouverture de 350 injections par jour, mais  le centre devrait rapidement atteindre une vitesse de croisière de 2000 piqures quotidiennes. Ce sont les pompiers du Doubs qui assurent l'organisation et le fonctionnement de ce vaccinodrome, et sur place on s'active dans le hall A1.

Une partie des espaces d'accueil dédiés au secrétariat.
Une partie des espaces d'accueil dédiés au secrétariat. © Radio France - Christophe Mey

Un grand hall vide habituellement réservé aux vaches montbéliardes lors de la Foire Comtoise, qu'il faut transformer en centre capable d'accueillir le flux de patients dans de bonnes conditions.  Cela demande une organisation sans faille et beaucoup de travail. "Il a fallu des cloisons, des tables, des boxes, des Algeco avec des frigos pour stocker les doses de vaccin en quantité, beaucoup de matériel pharmaceutique, de la signalisation, du mobilier d'attente" explique le commandant des pompiers Reynald Balin, chef de centre. 

Les sapeurs-pompiers, en charge du centre, s'activent pour préparer le matériel nécessaire.
Les sapeurs-pompiers, en charge du centre, s'activent pour préparer le matériel nécessaire. © Radio France - Christophe Mey

31 boxes de vaccination en continu

Au delà du matériel, il faut des moyens humains, des électriciens pour tirer des câbles,  des informaticiens. Le centre disposera de 31 boxes de vaccination, chaque box sera équipé d'un ordinateur où le soignant pourra saisir directement les paramètres de la vaccination effectuée sur le patient. En tout une cinquantaine de postes informatiques ont été déployés, avec une dizaine d'imprimantes, un réseau internet filaire a été mis en place, doublé par sécurité d'une liaison wifi. Le système permet de numériser tout le parcours,  jusqu'à l'obtention à la sortie du flashcode attestant de la vaccination.

Une partie des boxes réservés à la vaccination
Une partie des boxes réservés à la vaccination © Radio France - Christophe Mey
Les informaticiens configurent les ordinateurs nécessaires au bon fonctionnement du centre.
Les informaticiens configurent les ordinateurs nécessaires au bon fonctionnement du centre. © Radio France - Christophe Mey

Un parcours encadré de l'entrée à la sortie

Les candidats à la vaccination vont suivre un parcours à sens unique ( durée moyenne estimée : 30 minutes) qui débute par une vérification de rendez-vous à l'entrée, un contrôle des sacs, une prise de température. Ils ensuite dirigés vers des postes de secrétariat pour remplir les questionnaires, puis vers un espace d'attente d'où ils seront aiguillés vers des boxes "infirmiers" ou "médicaux", selon qu'il soit nécessaire pour eux ou non de rencontrer un médecin .  Après la piqure, les patients sont orientés vers trois salles d'attentes où ils devront patienter un quart d'heure minimum pour vérifier que la vaccination s'est bien passée, avant de quitter les lieux par une porte différente de la porte d'entrée.  

L'une des trois salles d'attente où il faudra patienter un quart d'heure avant de quitter le centre
L'une des trois salles d'attente où il faudra patienter un quart d'heure avant de quitter le centre © Radio France - Christophe Mey

Le vaccinodrome de Besançon sera ouvert 10 heures par jour, 7 jours sur 7, jusqu'à la fin septembre. Il faudra une centaine de personnes chaque jour pour assurer son fonctionnement, une quarantaine de soignants bien sûr,  mais aussi des secrétaires, informaticiens, logisticiens, agents d'orientation et de désinfection,  planificateurs, agents de sécurité. 400 à 500 volontaires se sont signalés pour l'instant, mais toutes les bonnes volontés sont les bienvenues. 

Le vaccinodrome pourra accueillir 2000 patients par jour.
Le vaccinodrome pourra accueillir 2000 patients par jour. © Radio France - Christophe Mey
Choix de la station

À venir dansDanssecondess