Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le + info de France Bleu Bourgogne

Coronavirus : à quoi va ressembler le vaccinodrome du Zenith de Dijon ?

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le vaccinodrome du Zenith de Dijon va ouvrir ses portes ce mercredi 28 avril 2021, à partir de 9 heures. L'une des conséquences, c'est que trois centres de la métropole dijonnaise vont fermer.

Le Zenith de Dijon (Côte-d'Or) va devenir un vaccinodrome.
Le Zenith de Dijon (Côte-d'Or) va devenir un vaccinodrome. © Maxppp - Maxppp

Ca y'est. Le vaccinodrome du Zenith de Dijon va finalement ouvrir ses portes ce mercredi 28 avril, à partir de 9 heures. Au programme, 18 boxes au milieu d'une salle sans tribunes, elles auront été rétractées, pour vacciner 1.000 personnes par jour. Ce dernier chiffre, c'est l'objectif annoncé par la préfecture de Côte-d'Or. 

Pourquoi trois centres ferment la veille de l'ouverture du vaccinodrome ? 

L'ouverture du vaccinodrome du Zenith entraine la fermeture de trois centres de l'agglomération dijonnaise : ceux de la rue Devosge, et du stade Gaston-Gérard à Dijon, ainsi que celui de Chenôve. Les raisons ? "Il y a d'abord un rajeunissement de la vaccination donc je dirais que la population va se concentrer autour de la métropole", commence Danyl Afsoud, directeur de cabinet du préfet de Côte-d'Or. 

"Il y a aussi une logique de rationnalisation", Danyl Afsoud, directeur de cabinet du préfet de Côte-d'Or

Il poursuit : "Il y a aussi de la rationnalisation. (...) Si les centres sont plus dimensionnés, il pourront mieux absorber d'éventuels problèmes de livraison de doses, soit à la baisse, soit à la hausse." Pour autant est-ce que les personnes qui avaient un rendez-vous dans l'un des trois centres voués à la fermeture vont quand même pouvoir se faire vacciner ? Oui, répond la préfecture qui assure qu'un SMS a été envoyé à toutes les personnes concernées ce week-end. Sinon, un appel est prévu à chaque personne concernée dans la semaine. 

Dominique, 69 ans, se demande quand elle pourra revoir des concerts au Zenith, alors qu'il doit se transformer en vaccinodrome

Objectif : aller plus vite

En clair, la fermeture des trois centres n'empêche pas l'accélération de la campagne de vaccination aux yeux de la préfecture, bien au contraire. L'objectif a été martelé : atteindre 240.000 personnes vaccinées avant la fin juin en Côte-d'Or.  Pour y arriver, 30.000 doses ont été allouées au Zenith pour le mois de mai : surtout du Pfizer, un peu moins de Moderna et du Janssen, tous des vaccins en ARN Messager.

Pour une partie, il s'agirait de doses prévues au départ dans les trois centres qui vont fermer à partir de demain. Vacciner plus grâce au vaccinodrome, ce n'est pas forcément aisé de l'affirmer à première vue pour Anne-Laure Bonis, médecin généraliste et déléguée régionale du syndicat MG France. "On a vacciné à une bonne cadence dans les autres centres, avec à peu près 15 vaccinations par heure sur chaque ligne, donc là j'attends de voir si ce choix est le bon. On le saura dans les semaines à venir", explique-t-elle.

Les Dijonnais sceptiques face au vaccinodrome

Le Zenith en vaccinodrome, cette idée divise les Dijonnais. Certains disent non comme une passante qui souhaite rester anonyme. Même avis pour Dominique, 69 ans qui préfère les petites salles. "Je trouve ça dommage parce que j'ai été vacciné à Chenôve. J'ai trouvé que l'organisation était bien faite, c'était fluide, on attendait très peu et surtout il y avait un accompagnement. On était pas les uns sur les autres", sourit celle qui n'a reçu qu'une dose. Laure, 39 ans, ne dit pas non. "Je n'ai pas d'à-priori, une petite salle, une grande salle. Il y aura plus d'espace dans le vaccinodrome et j'ai vu que ce sera organisé par l'armée donc pour moi il n'y a aucun souci", affirme-t-elle.

De son côté, Dominique met quand même un bémol : "Je me suis dit une chose quand j'ai vu ça : on ne risque pas d'y revoir un concert de sitôt. Ça va durer des mois et des mois s'il est occupé", rigole la sexagénaire. Alors il va falloir attendre encore un peu, certains lieux de culture doivent rouvrir d'ici la mi-mai avec une jauge réduite

Choix de la station

À venir dansDanssecondess