Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Variants du coronavirus : "C'est le même virus, le respect des gestes barrières évite sa transmission"

-
Par , France Bleu Paris

Les variants du coronavirus représentent 7 à 9% des nouvelles infections en Île-de-France selon le Conseil scientifique. Invité de France Bleu Paris, Benjamin Rossi, médecin infectiologue, explique que s'ils peuvent être plus contagieux, le respect des gestes barrières évite leur transmission.

En cas de suspicion d'une infection par un variant du coronavirus, les tests PCR sont envoyés dans des laboratoires spécialisés dans le séquençage des virus.
En cas de suspicion d'une infection par un variant du coronavirus, les tests PCR sont envoyés dans des laboratoires spécialisés dans le séquençage des virus. © Maxppp - Joël Philippon

"Il faudra probablement aller vers un confinement". Même si les conditions d'un nouveau renforcement des restrictions sanitaires relèvent d'une "décision politique", le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, a laissé peu de doutes ce dimanche soir sur les perspectives qui attendent la France ces prochaines semaines. 

En cause, les variants du coronavirus, notamment le variant anglais, présenté comme plus contagieux. Cela "change complètement la donne" selon lui, car ils atteignent déjà des niveaux de 7 à 9% de nouvelles contaminations dans certaines régions, comme la région parisienne, et ils entraînent "l'équivalent d'une deuxième pandémie".

Masques efficaces et respect des gestes barrières

Invité de France Bleu Paris ce lundi matin, Benjamin Rossi, médecin infectiologue à l'hôpital Robert-Ballanger d'Aulnay-sous-Bois, explique que bien qu'il puisse être plus contagieux, ce variant anglais "est le même virus. C'est la même infection, avec un pouvoir contagieux un peu plus important." 

Pour éviter la transmission du variant, "il faut avoir des masques efficaces, utiliser de meilleurs outils, et mieux respecter les gestes barrières" 

"À Aulnay-sous-Bois, on a eu des diagnostics de variants, notamment l'un des premiers cas de variant anglais détectés sur le territoire français, chez une jeune qui n'avait pas de signe de sévérité", détaille Benjamin Rossi. "On a eu quelques cas isolés. Dès qu'il y a une suspicion de variant anglais, on envoie le test pour pouvoir séquencer le virus et le détecter. Une enquête est faite en permanence."

"Le variant en tant que tel apporte à la Covid-19 une plus grande infectiosité", poursuit-il. "Le virus mute en permanence : certaines de ces mutations lui confèrent des caractéristiques négatives qui le font mourir, certaines lui confèrent des avantages comme le rendre plus contagieux."

Un variant plus mortel ?

Malgré sa plus grande contagiosité, la prise en charge des patients à l'hôpital et l'attitude à adopter face à ce variant est similaire."Sa mutation lui donne une facilité pour entrer dans les cellules, il faut une moins grande exposition pour l'attraper, mais il passe par les mêmes voies, c'est le même virus, c'est la même infection avec un pouvoir contagieux un peu plus important." Le plus important est donc de respecter strictement les gestes barrières.

Les enfants peuvent être porteurs des variants, et face à l'hypothèse d'une fermeture des écoles en cas de nouveau confinement, le médecin répond : "On voit que les enfants ne font pas de forme sévère. Ce serait plus pour protéger leurs parents et le reste de leur famille."

Quant à la mortalité plus importante que provoquerait ce variant, une étude britannique est en train d'être analysée. Selon cette étude, pour 1 000 patients de plus de 60 ans, il y aurait 13 ou 14 décès, contre 10 pour la Covid-19 avec le SARS-CoV2.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess