Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Vendée : faute de médecins, les urgences de nuit de Montaigu-Vendée seront fermées cet été

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Montaigu

Le service des urgences de Montaigu-Vendée va rester fermer la nuit cet été, en raison d’un manque de médecins urgentistes. C’est la décision que vient d’annoncer le Centre hospitalier départemental (CHD), qui gère les établissements publics en Vendée. Il l’explique par un manque de médecins.

Les urgences de Montaigu-Vendée
Les urgences de Montaigu-Vendée - Capture d'écran Google map

Pas de service d’urgences, cet été, sur le site hospitalier de Montaigu- Vendée.  Il sera fermé entre 20h et 9h, de ce mercredi 21 juillet au mercredi 15 août. Le Centre hospitalier départemental (CHD) préfère parler de réorganisation, et explique que c’est contraint et forcé qu’il a dû prendre cette décision. Il explique qu’il y a en ce moment un déficit de médecins, sur l’ensemble des établissements du département. Les médecins titulaires prennent des vacances, et les remplaçants habituels manquent à l’appel. Autre raison invoquée : l’allongement d’une année de la formation de médecin urgentiste, ce qui retarde la sortie des jeunes médecins. 

Il manque 25 urgentistes cet été en Vendée

C’est le constat du docteur Philippe Fradin, médecin urgentiste au CHD et président de la commission médicale d’établissement : « il manque 25 urgentistes sur l’ensemble des sites. Il nous est impossible de fournir toutes les lignes de garde ». Pour lui, la réorganisation envisagée permettra de faire face, avec Challans, La Roche-sur-Yon, Cholet ou encore le CHU de Nantes. Les cliniques privées peuvent également être mises à contribution.   

"Il est clair qu'il y a une dégradation du soin pendant cette période de fermeture"   -   Florent Limouzin, maire de Montaigu-Vendée

Florian Limouzin, le maire de Montaigu-Vendée, regrette bien sûr cette situation, même s’il estime lui aussi que le système de réorganisation mis en place, et qui a été validé par l’ARS, devrait être efficace, d’autant plus qu’en été, il y a peu de passage aux urgences de sa commune. . Mais il reconnait qu’il y a un vrai problème de fond : « il ne faut pas se voiler la face. C’est clair qu’il y a une dégradation. Un déplacement d’une ambulance qui vient de plus loin, évidemment, c’est du temps en plus ». 

Philippe Burgaud-Grimard, secrétaire départemental de la CGT santé, se montre plus inquiet encore : « c’est l’aboutissement de 20 ans de politiques d’austérité pour l’hôpital public. Les gens vont se limiter naturellement. Il y a sans doute des soins qui ne seront pas dispensés, et ça peut conduire à des situations dramatiques ».

Choix de la station

À venir dansDanssecondess