Santé – Sciences DOSSIER : Vendée Globe 2016, l'Everest des mers !

Vendée Globe : les skippers se forment aux gestes médicaux d'urgence

Par France Bleu Breizh Izel, France Bleu Armorique, France Bleu Breizh Izel et France Bleu lundi 26 septembre 2016 à 19:16

Yann Elies apprend à se faire une piqûre en intraveineuse.
Yann Elies apprend à se faire une piqûre en intraveineuse. © Radio France - Lise Verbeke

Neuf skippers qui vont participer au Vendée Globe, le 6 novembre prochain, ont suivi une journée de formation aux gestes de premiers secours, au Pôle France de Port-la-Forêt. L'objectif, c'est de pallier toute urgence en pleine mer.

Le stage de formation aux premiers secours est obligatoire pour chaque skipper participant au Vendée Globe. Ils étaient neuf ce lundi à y participer à Port-La-Forêt, au Pôle France. Jeremie Beyou, Yann Elies, Morgan Lagravière, ou encore Roland Jourdain y étaient. Après la théorie, ils ont participé à trois ateliers, animés par des médecins urgentistes. Ils ont d'abord appris à bander un membre qu'ils se seraient fracturés. Ils ont aussi appris à recoudre une plaie profonde, sur une fausse peau, d'habitude, l'exercice se fait sur des pieds de porc.

Les skippers apprennent à recoudre une plaie sur de fausses peaux.  - Radio France
Les skippers apprennent à recoudre une plaie sur de fausses peaux. © Radio France - Lise Verbeke

Mais l'atelier le plus impressionnant reste celui où ils apprennent à se faire des piqûres eux-mêmes. "Si vous êtes très déshydratés, vous ne pouvez même plus boire par la bouche, car vous vomissez. Il faut alors vous faire une intra-veineuse, pour vous injecter du liquide directement dans la veine", explique Laure Jacolot, médecin du pôle voile à Port-la-Forêt. Elle montre aux skippers comment se piquer eux-mêmes, ce qui est, pour certains très compliqué. "Je ne trouve pas ma veine, s'exclame Yann Elies, je ne pensais pas que j'allais faire ça aujourd'hui!"

Les skippers apprennent à se piquer en cas de déshydratation sévère.   - Radio France
Les skippers apprennent à se piquer en cas de déshydratation sévère. © Radio France - Lise Verbeke

Pour les skippers, ce stage est important. "Même si je traîne les pieds pour venir, il est essentiel", raconte Jérémie Beyou. "S'il nous arrive quelque chose en mer, on peut réagir tout de suite". La plupart des Skippers présents au stage de Port-la-Forêt n'ont jamais eu de graves blessures en mer, sauf Yann Elies. En 2008, il s'était brisé le fémur.