Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Noirmoutier : les touristes ne sont pas responsables de la flambée des cas de Covid-19, selon l’ARS

-
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu
Noirmoutier

Si le taux d'incidence sur l'île de Noirmoutier est trois fois plus important, ce jeudi, par rapport au reste de la Vendée, les touristes n'en sont pas pas responsables selon l'Agence régionale de Santé. Les principaux foyers de contamination viendraient des écoliers et des collégiens. Explications.

Si l'île de Noirmoutier, en Vendée, accueille beaucoup de touristes pendant ces vacances d'hiver, ces dernier ne seraient pas responsables de la flambée de l'épidémie sur le territoire, selon l'ARS.
Si l'île de Noirmoutier, en Vendée, accueille beaucoup de touristes pendant ces vacances d'hiver, ces dernier ne seraient pas responsables de la flambée de l'épidémie sur le territoire, selon l'ARS. © AFP - Jacques Loïc

La situation sanitaire sur l'île de Noirmoutier est scrutée de très près par les autorités. Alors que le taux d'incidence n'est "que" de 131,6 cas positifs pour 100.000 habitants en Vendée, il est pratiquement trois fois supérieur sur l'île. "C'est paradoxal, confie Pierre Blaise, le directeur du Projet régional de santé. En général, les îles peuvent mieux se protéger car elles n'ont qu'un point d'entrée". Mais là en l’occurrence, ce n'est pas le cas. Et ce ne serait pas non plus à cause des touristes, nombreux actuellement pendant les congés d'hiver.

Le variant britannique galope sur l'île

Pour regarder l'origine de cette flambée de l'épidémie, ces derniers jours, il faut se tourner du côté des collèges et des écoles. "Ce sont les points d'origine dans le secteur, détaille Benoît James, le directeur "crise Covid-19" auprès de l'ARS des Pays de la Loire. Et le fait qu'il y ait une part importante de variant britannique parmi les personnes testées positives explique la forte contagiosité que l'on a pu observer sur ce territoire."

L'afflux de vacanciers, extérieurs au département voire à la région, ne serait donc pas lié à l'augmentation de la courbe du taux d'incidence. Mais c'est une donnée qui reste difficile à affirmer. "On ne peut pas déterminer si ces personnes-là donnent le domicile de leur résidence principale ou de leur résidence secondaire quand elles se font tester, détaille Benoît James. C'est clair que s'il y a des touristes qui ont des résidences secondaires à Noirmoutier et qui donnent cette adresse lors du dépistage, ça comptera dans les dépistages. Mais à priori, d'après les informations que nous avons, les principaux concernés sont les habitants de Noirmoutier." Et ils sont appelés à se faire dépister lors d'une campagne qui sera menée à la salle de la Salangane, à l'Épine, mardi et mercredi prochain entre 9 heures et 17 heures. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess