Santé – Sciences

Viande rouge : les limousins privilégient la qualité à la quantité

Par Juliette Bergé, France Bleu Limousin et France Bleu Périgord lundi 26 octobre 2015 à 20:29

Les limousins préfèrent la viande produite dans la région
Les limousins préfèrent la viande produite dans la région © Radio France

Alors qu'une étude de l'OMS publiée ce lundi indique que la viande rouge serait probablement cancérogène, les limousins avouent privilégier la qualité à la quantité. Pour eux, mieux vaut en manger moins mais savourer une à deux fois par semaine un bon faux-filet de race limousine.

"Je ne mange que de la limousine c'est la plus goûteuse !" confie Robert.  Ce retraité de 61 ans scrute chaque étiquette des viandes du  rayon boucherie d'un des supermarchés de Limoges pour vérifier la provenance de la viande. À côté de lui, Marcelle se méfie aussi. La quinquagénaire avoue limiter sa consommation de viande et privilégier la qualité : "Je fais attention. La viance rouge c'est pas plus d'une fois par semaine car je savais avant la parution de cette étude de l'OMS que manger de viande peut être nocif pour la santé."

Manger moins mais mieux

Selon un sondage de la fondation GoodPlanet, une agence environnementale représentée par le photographe Yann Arthus-Bertrand, plus d'un français dit diminuer sa consommation de viande. Une nouvelle habitude alimentaire préconisée par les nutritionnistes. Le docteur Christine L'Homme-Caron, médecin nutritionniste à Limoges prescrit à ses patients un régime alimentaire très pauvre en viande rouge. 

"_Vraiment il ne faut pas dépasser deux fois par semaine .C'est largement suffisant. _ Mieux vaut donc en manger moins mais de la bonne en privilégiant les producteurs locaux surtout qu'en Limousin, on est plutôt gâté il y a beaucoup de regroupements d'éleveurs avec de la viande de très grande qualité." Selon elle, l'apport en protéines de la viande peut être compensé par une consommation de légumes secs et de féculents. 

Même les grandes surfaces se sont donc adaptés à cette demande des consommateurs et aux préconisations des médecins. Par exemple dans l'Hyper U de Limoges Corgnace, le boucher avoue avoir réduit son stock de viandes issues de la race laitière de qualité moindre et mettre en valeur la race limousine. "C'est vraiment ce qui plaît aux gens, il préfère les morceaux nobles et de provenance locale donc on réponds aux attentes des consommateurs" explique Jean-Luc Pradariat, boucher du supermarché depuis 9 ans.

Ecoutez le reportage de Juliette Bergé