Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Victimes de la Dépakine en Gironde : "il est indispensable d'indemniser les familles"

mercredi 24 août 2016 à 16:53 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde

L'Agence nationale de sécurité du médicament révèle ce mercredi que 14.322 femmes enceintes ont été exposées à la Dépakine entre 2007 et 2014. Mais combien d'enfants souffrent aujourd'hui de troubles liés à cet antiépileptique ? En Gironde l'association APESAC recense environ 70 familles touchées.

Laurence Blanchard et sa fille Lisa, victime de la Dépakine
Laurence Blanchard et sa fille Lisa, victime de la Dépakine © Radio France - Jeanne-Marie Marco

Bordeaux, France

14.322 femmes enceintes ont été exposées à la Dépakine entre 2007 et 2014, un chiffre révélé par l'Agence nationale de sécurité du médicament. La Dépakine c'est ce médicament antiépileptique dont la substance active est nocive pendant la grossesse et qui peut causer de graves troubles chez les enfants. Le médicament, élaboré par Sanofi, est prescrit depuis 1967 mais il a fallu attendre 2006 pour qu'il fasse l'objet d'une recommandation particulière à destination des femmes enceintes.

L' Agence nationale du médicament ne dit pas combien d'enfants sont aujourd'hui atteints de troubles dus à la Dépakine, mais l'association de victimes APESAC (Association d’Aide aux Parents d'Enfants souffrant du Syndrome de l'Anti-Convulsivant) évoque plusieurs dizaines de milliers de cas. Sa vice-présidente , la girondine Laurence Blanchard (elle même maman de trois enfants, qui souffrent tous de troubles sérieux) parle de 30.000 cas.

10 % de nos enfants souffrent de malformations physique, et entre 30 et 40 % de troubles neurologiques et du comportement. On savait que la Dépakine était nocive mais ni les gouvernements, ni Sanofi, ni les médecins ne nous ont alertés. — Laurence Blanchard

La ministre de la santé Marisol Touraine a indiqué que le processus d'indemnisation des victimes allait être présenté au Parlement. Pour l'association APESAC c'est un processus nécessaire qui va permettre aux familles de mieux prendre en charge les troubles de leurs enfants.

"Au moins 30.000 victimes" - Laurence Blanchard, vice-pdte de l'APESAC

L' APESAC propose son aide aux familles touchées : contact@apesac.org

► Dépakine : 14.322 femmes enceintes ont été exposées au médicament nocif entre 2007 et 2014