Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : Bien vivre

VIDÉO - 10 astuces pour lutter contre le mal des transports

samedi 29 juillet 2017 à 11:10 - Mis à jour le mardi 8 août 2017 à 10:25 Par Charlotte Hattenberger et Lucie Bombled, France Bleu

En voiture, en bateau ou en train, le mal des transports peut parfois rendre les voyages très compliqués. Trois millions de français y sont sensibles, principalement les enfants de 2 à 12 ans et les femmes. Un mal qui ne touche pas que les humains car les chats et chiens peuvent l’être également.

Même les hommes de l’air sont touchés : 50 à 60 % des astronautes souffrent du mal de l’espace
Même les hommes de l’air sont touchés : 50 à 60 % des astronautes souffrent du mal de l’espace © Radio France - Lucie Bombled

Nathalie Simon vous dit tout sur le mal des transports :

Trois millions de français sont sensibles au mal des transports. Nathalie vous donne ses conseils pour l'éviter.

Pourquoi a t-on mal au cœur ?

Le mal des transports, aussi appelé cinétose ou naupathie, provient d’un problème de coordination entre 2 sources sensorielles : la vue et l’audition. L’oreille ou plus exactement l’appareil vestibulaire, très sensible aux changements de directions, informe votre cerveau que vous êtes en mouvement alors que vos yeux lui disent le contraire. Ce décalage est la cause du mal des transports.

Comment l’éviter ?

La priorité : essayer de réduire au maximum les mouvements de la tête et du corps. En avion, en bus ou même en bateau, préférer la place du milieu, où il y a généralement moins de mouvements. Un oreiller de voyage peut aider à caler sa tête pendant le déplacement.

Éviter de lire ou d'être sur son téléphone.

Fixer son regard sur un élément stable, comme l’horizon sur un bateau ou la ligne blanche du milieu de la route en voiture.

Prendre l’air régulièrement en ouvrant les fenêtres : les coups de chaud peuvent déclencher la nausée. Même chose pour l’anxiété : essayer donc de se détendre et de bien respirer.

Et avant le voyage ?

Certains aliments peuvent accroître la sensation de nausées : on oublie donc café, alcool ou repas lourds avant de prendre la route. Éviter également les aliments ou boissons indigestes, comme le jus d’orange ou le lait.

A l'inverse, certains aliments peuvent atténuer le mal des transports : le gingembre par exemple est réputé pour ses vertus anti-nausées. Préparer une boisson à base de citron, gingembre et miel à boire régulièrement par petites gorgées pendant le voyage.

Les médicaments avec ou sans ordonnance peuvent également aider. Ils sont cependant souvent accompagnés de perte de vigilance et d’endormissement. A éviter donc en cas de conduite.