Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDÉO - À Chilly-Mazarin, la maire attend depuis 2 mois l'autorisation d'ouvrir un centre de vaccination

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La maire (PS) de Chilly-Mazarin (Essonne), Rafika Rezgui, interpelle ce jeudi 1er avril le préfet de l'Essonne et le ministre de la Santé dans une vidéo. Elle demande l'autorisation d'ouvrir un centre de vaccination dans sa commune, où tout est prêt depuis plusieurs semaines.

La vidéo interpelle directement les pouvoirs publics et met en scène des habtiants de la ville
La vidéo interpelle directement les pouvoirs publics et met en scène des habtiants de la ville - Capture d'écran Twitter Rafika Rezgui

"C'est une commune de 20 000 habitants, où tout est prêt pour une vaccination massive [...] il y a plus qu'à attendre le feu vert [...] on n'attend plus que les doses de vaccin". C'est ainsi que commence la vidéo postée ce jeudi 1er avril sur les réseaux sociaux de la ville de Chilly-Mazarin, notamment sur le compte de la maire de la ville, la socialiste Rafika Rezgui. Ce sont des habitants qui parlent, ils réclament l'ouverture d'un centre de vaccination dans leur commune. Pourtant, tout semble prêt, le gymnase de la ville est équipé pour installer de dix à quinze lignes de vaccination : un médecin référent, des médecins, des infirmiers volontaires, les box fermés, bref "tout correspond au cahier des charges fourni par l'Agence Régionale de Santé".

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Malgré une première demande au mois de janvier, puis deux autres en mars, la maire n'a toujours pas reçu de réponse de la préfecture ni du ministère de la Santé concernant son centre de vaccination et s'en émeut. "Je suis d'accord avec ce qu'a dit le Président de la République sur la vaccination, il faut accélérer, pas de jours fériés, mais les actes ne sont pas en accord, alors je dis 'chiche', vaccinons, ouvrons des centres", ajoute Rafika Rezgui. À Chilly-Mazarin 1310 habitants ont plus de 70 ans et plus sont éligibles à la vaccination, mais tous ne peuvent pas aller jusqu'aux centres des villes voisines. "J'ai pu négocier avec le centre de Longjumeau pour faire vacciner en mars 350 habitants éligibles." Mais la maire déplore un rythme qui s'amenuise, elle n'a pu négocier que 20 vaccinations la semaine à venir, le centre de Longjumeau n'étant ouvert que trois jours par semaine, les autres à proximité étant "trop lointains pour des personnes âgées sans moyens de locomotion".

On a un taux d'incidence de 698 pour 100 mille habitants, rien ne justifie qu'il n'y ait pas de réponse positive

Alors qu'Emmanuel Macron a promis l'ouverture de la vaccination aux plus de 60 ans dès le 15 avril, la maire s'inquiète de la forte pression qui va suivre. Rafika Rezgui affirme avoir une liste d'attente de plus d'une centaine de personnes ayant appelées le standard de la mairie de Chilly-Mazarin.

Contactée la préfecture de l'Essonne répond en mettant en avant les centres de vaccination voisins de Longjumeau et celui de Massy. "A ce jour, ce sont 162 955 qui se sont fait vacciner en Essonne, dont 124 966 premières injections." On comprend donc que le département a atteint les objectifs gouvernementaux d'un centre pour 50 000 habitants. La préfecture indique aussi pourquoi la demande de la maire de Chilly-Mazarin n'a eu de suite.

Trois axes de travail sont actuellement en cours : pousser la capacité  vaccinale des centres déjà existants au maximum, organiser la création  d'un centre de grande capacité afin de permettre la montée en puissance de la stratégie vaccinale dans le département et enfin garantir la vaccination de toutes les personnes de plus de 75 ans,  en lien avec l'assurance maladie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess