Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

VIDÉO - Coronavirus : "Avec ce masque, je me sens tout nu" explique un infirmier de Perpignan

-
Par , France Bleu Roussillon

Un infirmier libéral de Perpignan vient de recevoir des masques FFP2 périmés depuis... 2013. La mousse qui protège au niveau du nez s'en va au premier contact.

La plupart des masques FFP2 reçus ces derniers jours dans le département datent de 2009 et 2013
La plupart des masques FFP2 reçus ces derniers jours dans le département datent de 2009 et 2013 © Maxppp - Nicolas Parrent

Les Pyrénées-Orientales manquent de masques et quand ces protections arrivent, toutes ne sont pas en bon état... "Avec ce genre de masques, je me sens tout nu et forcément je vais tout attraper et tout transmettre aux autres. J'ai l'impression d'être une  passoire !" lance jean-Luc Gesson. 

Comme ses confrères , depuis quelques jours, cet infirmier libéral perpignanais peut bénéficier de 18 masques FFP2. Jean-Luc Gesson, infirmier libéral à Perpignan s’est donc rendu ce mercredi dans sa pharmacie de secteur. "Quand j'ai voulu essayer ces masques, je me suis aperçu que la mousse qui protège au niveau du nez était en peu molle et quand j'ai passé mon doigt, la mousse s'est effritée... Encore une fois, on se moque de nous."

"La veille, le président Macron avait fait un beau discours, eh bien encore une fois on nous a menti. Nous, on comprend très bien que les Pyrénées-Orientales ne soient pas  prioritaires par rapport à l'est de la France mais ce n’est pas une raison pour nous donner des masques pourris !"

Malgré tout, pas question de refuser d'intervenir auprès de malades du Covid-19 : "Je n'ai jamais refusé quelqu'un. Forcément j'irai. On ne peut pas laisser les gens comme ça. Si on fait ce boulot, c'est pour aider les gens_,_parce qu'on les aime.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu