Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

VIDÉO - Coronavirus : comment l'hôpital et le Samu se préparent à Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Face au coronavirus, le service des maladies infectieuses du CHU de Purpan, à Toulouse, s'organise, comme le Samu 31 qui vient de créer une salle dédiée aux appels liés au virus. France Bleu Occitanie vous propose une visite en vidéo.

C'est au service des maladies infectieuses et tropicales que les cas suspects de coronavirus sont traités
C'est au service des maladies infectieuses et tropicales que les cas suspects de coronavirus sont traités © Radio France - Clémence Fulleda

Pour l'instant, aucun cas de coronavirus n'a été confirmé dans la région toulousaine. Ce qui n'empêche pas le service des maladies infectieuses de l'hôpital Purpan de se préparer. Une trentaine de cas suspects ont déjà été traités ces derniers jours, avec donc aucun cas confirmé. Ce service fonctionne main dans la main avec le Samu 31, qui lui aussi s'organise et vient de créer une salle dédiée aux appels liés au coronavirus, qui sont de plus en plus nombreux depuis une dizaine de jours.

Découvrez en vidéo comment l'hôpital et le Samu de Toulouse s'organisent :  

Le service des maladies infectieuses prêt

Le chef du service infectiologie Pierre Delobel explique en premier lieu que les gants ou encore les blouses et les infections sont le quotidien de son service : "On n'a pas eu besoin d'équipements nouveaux, les prises en charge sont des choses standardisées. On a organisé les circuits patients." Ainsi, un patient qui va se présenter et qui tousse va se voir proposer de suite un masque puis remplit un questionnaire, il peut y avoir des prélèvements qui sont analysés sur place en quatre ou cinq heures, ce qui implique d'ailleurs que le laboratoire de virologie tourne à plein régime. Dans le service d'infectiologie, un médecin à temps plein, un interne et un infirmier ont été affectés au coronavirus. Dix lits sont dédiés, dont trois dans des chambres à pression négative. "Ces chambres à pression négative il n'y a pas de flux d'air sortant. L'air quand on ouvre la porte du sas ne va pas à l'extérieur. On utilise ces mêmes chambres pour les patients qui ont la tuberculose par exemple", explique le Pr Pierre Delobel. 

Mais si tout le monde est sur le pont, c'est un vrai sacerdoce pour le service. "Ça désorganise beaucoup le flux d'arrivée sur l'hôpital, et ça n'aide pas car l'hôpital est en tension", souligne Guillaume Martin-Blondel, médecin infectiologue. On tolère cette activité en plus car c'est notre devoir, mais ça vient s'ajouter à la dette qui préexistait. On fait avec." 

Il faut noter que les infectiologues toulousains ne sont pas inquiets, car le taux de mortalité tourne autour de 1%. C'est plus que la grippe ( 1 pour 1.000), mais bien moins qu'Ebola ou que d'autres coronavirus

Une salle dédiée au Samu 31 

Du côté du Samu 31, une salle à part vient tout juste d'être dédiée pour recevoir les appels liés au coronavirus qui sont toujours plus nombreux. Quand vous appelez le 15 en Haute-Garonne vous pouvez d'ailleurs taper 1 pour accéder directement aux trois médecins et aux deux assistants de régulations médicales qui se relaient. "On a 20 à 40% d'appels en plus depuis une dizaine de jours", assure Philippe Frontin, adjoint au chef de service. Pour faire tourner ce service, "des personnes reviennent sur leur temps de travail ou leur congés. On a supprimé les réunions non indispensables, les cours, les formations", explique P. Frontin. Près de 30 médecins généralistes ont aussi accepté de donner un coup de main en journée. Le Samu en appelle à la responsabilité de chacun car parfois des appels sont saugrenus, comme "cette femme qui a été mise de côté par ses collègues parce qu'elle toussait, alors qu'elle n'avait pas voyagé dans une zone à risque ni rencontré de personnes porteuses du virus". On rappelle qu'aucun cas n'a été avéré en Haute-Garonne ni dans l'ex Midi-Pyrénées.

On rappelle qu'il faut appeler le 15 uniquement si vous avez des symptômes comme de la toux ou de la fièvre, sinon préférez le numéro vert du gouvernement qui est le 0 800  130  000. 

A noter, qu'Emmanuel Macron annonce que tous les stocks de masque sont réquisitionnés pour être redistribués aux personnels de santé et aux Français atteints. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu