Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

VIDEO - " En gériatrie, la télémédecine n'en est encore qu'à ses balbutiements au CHRU de Tours", Dr Poupin

-
Par , France Bleu Touraine

Alors que la télémédecine a explosé en Indre-et-Loire avec la crise du Covid, ça n'a pas du tout été le cas au CHRU de Tours. Au contraire, les équipes mobiles en gériatrie ont privilégié les visites directement en Ehpad. Là-aussi, la télémédecine a ses limites.

Docteur Pierre Poupin, l'un des médecins coordinateurs des équipes mobiles en gériatrie au CHRU de Tours
Docteur Pierre Poupin, l'un des médecins coordinateurs des équipes mobiles en gériatrie au CHRU de Tours © Radio France

Confinement oblige et peur du virus, dans ce contexte, pas étonnant que la télémédecine ait explosé en France comme chez nous en Indre-et-Loire. Entre janvier et août 2020, plus de 700 professionnels de santé tourangeaux ont assuré 101.543 téléconsultations. Pour vous donner une idée, de septembre 2018 et fin janvier 2020, il y en avait eu seulement 739 selon la CPAM.

Mais hors crise sanitaire, la télémédecine a bien du mal à se développer. Limites techniques, financières, médicales surtout. Elle doit rester l'exception et pas la règle. Même chose à l'hôpital. 

Le docteur Pierre Poupin est l'un des médecins coordinateurs des équipes mobiles en gériatrie au CHRU de Tours. Il était l'invité ce mardi matin sur France Bleu Touraine : 

"Aujourd'hui, il y a des choses qui se fond en télé-expertise notamment en odontologie dans les Ehpads. Mais pour le reste, en tout cas en gériatrie, on en est encore aux balbutiements. Et malgré la crise du Covid, on a pas ressenti le besoin d'étendre cet outil-là. Il faut dire aussi que dans les maisons de retraite, il y a souvent des médecins sur place. On peut aussi compter sur les propres médecins traitants des pensionnaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess