Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDEO - En visite à Metz, Jean Castex prend les appels au centre de vaccination contre le Covid

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu Lorraine Nord, France Bleu, France Bleu Sud Lorraine

En visite sur le site du CHR de Metz (Moselle), Jean Castex, le premier ministre fait la promotion des centres de vaccination contre le Covid pour les plus de 75 ans avec le lancement de la plateforme téléphonique de prise de rendez-vous à l'hôpital de Mercy.

Jean Castex en visite au centre de vaccination au CHR de Metz
Jean Castex en visite au centre de vaccination au CHR de Metz © AFP - Jean-Christophe Verhaegen

Ce jeudi 14 janvier, jour d'ouverture à la vaccination contre le coronavirus pour les plus de 75 ans, Jean Castex en visite au CHR de Metz appelle les Français à la patience. Le premier ministre qui devrait annoncer de possibles restrictions ce soir à 18h, a voulu encourager ces inscriptions. "Il faudra être patient, parce qu'évidemment, ça va susciter un rush, c'est tout a fait normal".

Le premier ministre est accompagné du ministre de la santé Olivier Véran. L'idée est bien de montrer l'exemple, en venant dans ce département de la Moselle, le plus touché du Grand Est, par le Covid. Il y eu 1 466 décès en Moselle, depuis le début de l'épidémie et le taux d'incidence continue d'être au plus haut avec près de 245 cas pour 100 000 habitants à la date du 10 janvier.

Le CHR Metz-Thionville, désigné parmi les sites pilotes dans le Grand Est pour assurer la coordination et la distribution du vaccin, s'est mis en ordre de marche "dans un temps record" confiait cette semaine sur France Bleu Lorraine la directrice générale de l'établissement, Marie-Odile Saillard.

Le premier ministre Jean Castex en visite au centre de vaccination au CHR de Metz
Le premier ministre Jean Castex en visite au centre de vaccination au CHR de Metz © Radio France - Cecile Soulé

En raison des conditions climatiques et de la neige qui tombe depuis ce matin sur tout le Grand Est, le Premier ministre a annulé sa visite qui était prévue à Nancy dans la foulée.

Bonjour Madame, vous avez rendez-vous à 15h15" - Jean Castex se glisse anonymement dans la peau d'un opérateur

Jean Castex s''installe à la table de prise des rendez-vous. Il décroche le téléphone et prend lui même un appel, sans dire son nom.  La plateforme téléphonique installée au sous-sol de l'hôpital a été prise d'assaut dès son ouverture, avec une centaine d'appels en une heure et demi. Cette plateforme était gérée localement ce jeudi, avant la mise en place ce vendredi d'un numéro national pour la prise de rdv. 

Au delà du geste symbolique, il s'agit pour le premier ministre d'inciter les 5 millions de personnes de plus de 75 ans à s'inscrire sur internet ou par téléphone pour se faire vacciner à partir du lundi 18 janvier.

Table ronde avec les élus locaux sur la stratégie de vaccination

En Préfecture de la Moselle, les élus locaux qui ont rencontré le Premier ministre et le ministre de la santé ont demandé une accélération du rythme de la vaccination, et certains maires, notamment ceux de Thionville et Montigny-les-Metz, veulent plus de centres mais s'il y en a trop, il pourrait y avoir des problèmes d'approvisionnement temporise le gouvernement, qui après la défiance doit gérer le rush autour du vaccin.

Un million d'enfants et d'enseignants testés par mois

Le ministre de la santé Olivier Véran, qui l'accompagnait, a de son côté annoncé un protocole visant à tester jusqu'à un million d'enfants et d'enseignants par mois.  Le dépistage sera descendu jusqu'à l'âge de 6 ans, "partout là où ça fait sens", a indiqué le ministre de la santé "notamment pour faire face à la propagation du variant britannique en France".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess