Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

VIDEO J'y crois pas ! Créer sa playlist à partir de son propre ADN

vendredi 5 octobre 2018 à 14:50 Par Valérie Barbe, France Bleu

Spotify, la célèbre plateforme de musique en ligne s'est marié avec Ancestry, le numéro 1 mondial de la généalogie. Résultat, désormais Spotify propose de faire analyser notre ADN, et de s'en servir pour nous concocter un choix de musique en harmonie avec notre généalogie.

Les playlist à la sauce ADN de Spotify ne sont accessibles qu'aux Américains et aux bidouilleurs.
Les playlist à la sauce ADN de Spotify ne sont accessibles qu'aux Américains et aux bidouilleurs. © Maxppp - Robert Schlesinger

C'est parfaitement possible avec Spotify. Car la célébre plateforme de musique en ligne vient de se marier avec Ancestry, le géant mondial de la généalogie. Comment ça marche ? Il suffit de bavouiller un peu de salive sur un test ADN qu'on commande sur le site de Spotify. Ancestry l'analyse et détermine comme ça d'où viennent nos vénérables ancêtres. Et c'est avec ça que Spotify nous mitonne un mix de musiques personnalisé. Donc, en fonction de nos racines. Qu'elles soient suédoises, sénégalaises ou bretonnes. Ou tout à la fois. L'intérêt ? Peut-être d'écouter les mêmes tubes que des ancêtres qu'on n'a jamais connus. Mais surtout, dixit Soptify, c'est pour nous ouvrir les tympans à d'autres musiques. Et de préférence en harmonie avec notre généalogie. 

Okay ! Mais si on se met en mode parano : est-ce que ce n'est pas le moyen de nous piquer notre ADN. Pas du tout dit Spotify qui promet n’avoir pas accès à ces infos perso. En fait, ce qui pousserait Spotify à faire ces mezzés musicaux à la sauce ADN, ce serait de corriger le défaut des bulles à filtres. Les bulles à quoi ? Les algorithmes et les êtres humains derrière l'ordinateur qui fabriquent nos playlist. Le souci, c'est que souvent c'est aussi prévisible qu'assommant. On dirait nos disques avec juste quelques stars du moment en bonus. 

Mais est-ce qu'ajouter de l'ADN à cette tambouille va donner plus d'originalité ? Déjà, tout dépend de la diversité de nos gènes. Si on est presque 100% made in France on aura surtout et beaucoup du France Gall. Super ! Mais pas vraiment surprenant. A l'inverse, si on a des ancêtres très divers et variés, est-ce qu'on devient forcément fan de yukulélé ou de djembé ? Et puis, et presque avant tout, est ce que nos goûts se résument à nos gênes ?

A se demander ce que Spotify et Ancestry auraient fait comme playlist à un certain Charles Aznavour. Le plus Parisien des Arméniens.